4 min de lecture Attentat

La jeunesse foudroyée à Manchester

REPLAY - La presse française revient, ce 24 mai, sur la cible choisie par Daesh lors de l'attentat de Manchester.

Revue de Presse - La Revue de Presse Amandine Bégot iTunes RSS
>
Adeline François : la jeunesse foudroyée à Manchester Crédit Image : Ben Stansall / AFP | Crédit Média : RTLnet | Date :
La page de l'émission
Adeline François
Adeline François
Journaliste RTL

"Quand il n'y a plus de mots pour dire ce qui dépasse l'entendement, il ne reste plus que les sentiments". Dans Le Parisien, ce 24 mai, Jean-Marie Montali livre les siens, qui sont aussi les nôtres : "La tristesse d'abord. Une infinie tristesse. Les enfants de Manchester sont ceux de Nice, de Paris, et d'ailleurs, ce sont les nôtres."

"Le mépris ensuite. Un profond mépris. Pour Daesh, qui n'est pas seulement une secte, pas seulement une insulte faite à la religion,  mais une injure à l'humanité tout entière. Le dégoût aussi. Un extraordinaire dégoût envers toutes ces petites cervelles fanatiques assez perverses pour maquiller leurs crimes derrière une idéologie comme on maquille une vieille putain sous une grosse couche de fond teint pour tromper les gogos", écrit Jean-Marie Montali. Et la colère enfin. "La colère sourde. Parce que désormais Daesh fait ça aussi : tuer sciemment le plus d'enfants possible".

C'est d'abord ce que retient la presse en une ce mercredi 24 mai. "L'enfance assassinée" titre Libération, "L'innocence pour cible" en une de L'Indépendant Catalan, "La jeunesse foudroyée", en manchette du Télégramme. Et à la une des journaux britanniques, le visage de la plus jeune des victimes, Saffie Rose, 8 ans, "La petite fille qui ne rentrera jamais à la maison", en une de The Independant, elle est aussi en première page du Sun avec à côté d'elle la photo du terroriste présumé, "Ange et démon", titre le tabloïd. Hier soir, à Manchester, au début de la veillée d'hommage aux victimes a été jouée la musique du film de Godard, Le Mépris.

Au-delà des sentiments, il y a aussi une requête dans la presse ce 24 mai : oublier le Brexit et travailler ensemble. "L'attentat de Manchester a recréé une forme d'unité européenne, la plus noble, celle de la solidarité", écrit Patrice Chabanet, du Journal de la Haute-Marne avant de souligner "la nécessité de resserrer le filet du renseignement en amont".

Inquiétudes sur l'efficacité de la lutte contre le terrorisme

À lire aussi
Des policiers du Raid (illustration) l'heure du crime
La véritable histoire du Raid

Le Figaro, de son côté, rappelle qu'Emmanuel Macron réunit ce 24 mai à l'Élysée un conseil de défense pour accélérer la création d'une task force anti-Daesh, mais à lire L'Opinion, c'est pas gagné. "Lutte contre le terrorisme : ça flotte au sommet !", titre le journal libéral. 

"Il y a d'abord, écrit Jean-Dominique Merchet, le hasard du calendrier. Les trois chefs des principaux services de renseignement quitteront leur poste dans les prochaines semaines. Mais surtout, la période de transition politique que vit la France a sérieusement dégarni l'échelon politique en matière d'antiterrorisme." N'était qu'à voir le premier conseil de défense réuni jeudi 18 mai : alors que chaque semaine, le terrorisme est le premier sujet abordé au travers d'un exposé du patron des renseignements intérieurs, il est apparu la semaine dernière qu'un seul ministre était au fait des dossiers, Jean-Yves Le Drian, désormais aux affaires étrangères. Un professionnel de l'antiterrorisme s'interroge lui sur la faiblesse de l'équipe du ministre de l'Intérieur.  
                   
"Une certitude, il va falloir de la sagesse et du travail, concilio et labore, en latin, ça tombe bien, indique Thierry Rabiller, de Paris-Normandie, c'est la devise de Manchester". 

À Truchtersheim, la prof de français qui voulait changer la politique

Dans la presse également, la politique en France. Avec un retour sur la campagne des municipales de 1989 : Society nous emmène en Alsace, à Truchtersheim. 2 000 habitants, la commune a un temps été surnommé le grenier à blé de Strasbourg, avant d'écoper d'un nouveau surnom plus tape-à-l’œil, le petit Monaco de la région strasbourgeoise. Des familles aisées sont venues s'installer ici parce que c'était tout près de la ville. Et donc 1989 élections municipales, la prof de français de Truchtersheim décide de se présenter, mais pour cela elle doit trouver 14 colistiers, elle embarque avec elle le docteur du village, et frappe à toutes les portes pour trouver des bonnes volontés.

C'est madame Briard qui s'en souvient, l'institutrice du village avait dit banco à l'époque, tout comme son voisin, Jean-Paul, gérant d'une société d'ambulance. On n'avait pas de parti politique, pas d'étiquette, on voulait juste changer les choses, installer un parc de santé, construire plus de logements sociaux et surtout aider les jeunes qui partaient tous, car le prix au mètre carré devenait trop cher. La liste s'appelait Truchtersheim demain, le slogan c'était "dans le respect de tous".

Problème, l'équipe est surtout constituée de gens qui viennent d'arriver dans le village, qui sont mal implantés. La liste se fera laminer dès le premier tour au profit du maire sortant, par ailleurs directeur du Crédit Agricole. Aujourd'hui, au village, beaucoup font le parallèle avec Emmanuel Macron, une certaine élite qui veut déloger les vieux notables. "On était quand même tous de droite, se souvient Jean-Paul. Brigitte aussi d'ailleurs !" Brigitte, la tête de liste, Brigitte Auzière, 36 ans  28 ans plus tard elle est devenue Brigitte Macron. Son mari a fait 71% a Truchtersheim au second tour.

Le mea culpa d'Hanouna

À lire aussi, un mea culpa. Sa lettre aurait pu commencer par le slogan de Brigitte Macron, "dans le respect de tous". Cyril Hanouna, enfant de 42 ans, publie une lettre d'excuses sur le site de Libération, après la polémique sur son canular de jeudi 18 mai, où il piégeait des homosexuels en direct sur C8.

L'animateur reconnait que son sketch est "allé trop loin", qu'il n'avait "pas lieu d'être" et que la polémique lui a fait "prendre conscience qu'aujourd’hui, en France, des homosexuels souffrent encore trop du rejet". "Par un habile tour de passe-passe, commente Libé, Hanouna renvoie sa propre homophobie à celle de la société tout entière. Chacun se fera donc une idée de la sincérité et de la portée de cette prise de conscience tardive, alors que le CSA vient d’ouvrir une procédure de sanction contre sa chaîne et que les annonceurs ont retiré leur campagne."

"Cette fois-ci, ma liberté d’expression, celle que je chéris par-dessus tout et que je revendique comme mon emblème, a porté atteinte à autrui. Je n’ai donc pas, pour cet instant, mérité ma liberté d’expression", écrit Cyril Hanouna. 

Faute avouée à moitié pardonnée ? L'animateur a, en tout cas, les honneurs de la une de Charlie hebdo. "Virez Hanouna, virez l'hémorroïde du PAF", avec un dessin de Coco que la bienséance interdit de décrire ici, eu égard aux oreilles les plus chastes. Le dessin a été fait avant le mea culpa d'Hanouna dans Libé, mais pas sûr que Charlie aurait titré que "Tout est pardonné". On garde ça pour des barbus encore plus idiots.

La rédaction vous recommande

   

Lire la suite
Attentat Royaume-Uni
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants