1. Accueil
  2. Actu
  3. International
  4. La Grèce s'accorde sur un point essentiel avec ses créanciers
1 min de lecture

La Grèce s'accorde sur un point essentiel avec ses créanciers

Les autorités grecques sont finalement d'accord pour réaliser un excédent budgétaire primaire de 1% cette année, un point resté longtemps au cœur des désaccords avec ses créanciers.

Le Premier ministre grec Alexis Tsipras à Bruxelles le 11 juin 2015.
Le Premier ministre grec Alexis Tsipras à Bruxelles le 11 juin 2015.
Crédit : PHILIPPE HUGUEN / AFP
micro generique
La rédaction numérique de RTL
Journaliste

Alors que la veille, les négociations sur un accord entre la Grèce et ses créanciers échouaient, la situation s'améliore ce lundi 15 juin, les autorités grecques étant désormais d'accord avec l'UE et le FMI pour réaliser un excédent budgétaire primaire de 1% cette année affirme Annika Breidthardt, une porte-parole de la Commission européenne. La question est désormais d'évaluer "si les engagements pour y parvenir sont crédibles" précise-t-elle.

L'objectif de déficit budgétaire primaire définit le montant des économies ou des recettes supplémentaires à réaliser. Dimanche, la Commission avait chiffré à 2 milliards d'euros l'effort supplémentaire nécessaire de la part de la Grèce. Les créanciers demandent à Athènes un excédent budgétaire primaire, c'est-à-dire sans prendre en compte le service de la dette, de 1% cette année, 2% en 2016 et 3,5% en 2018.

Un point longtemps au cœur des désaccords

Cette question était pendant longtemps au cœur des désaccords avec les créanciers, Athènes laissant entendre qu'il pouvait concéder 0,9% d'excédent pour 2015, tout en refusant une baisse des salaires ou des retraites, un des systèmes les plus coûteux d'Europe, ou des augmentations de la TVA sur l'électricité. Or pour le FMI, un tel excédent est impossible à atteindre sans de telles réformes.

Parmi les autres pistes évoquées par la Commission, un autre porte-parole, Margaritis Schinas, a cité les dépenses militaires. "Ce n'est pas un secret que les dépenses du budget grec pour la défense sont les deuxièmes (en Europe) après le Royaume-Uni", a-t-il dit.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/