1 min de lecture Grèce

La Grèce fait plonger les bourses et se heurte à l'Europe

La Grèce se cherche toujours un gouvernement après le rejet de l'austérité dans les urnes. Evangelos Venizelos, chef de file du Pasok (social-démocrate), s'est prononcé mardi pour la formation d'une coalition regroupant toutes les formations favorables à l'Europe de manière à éviter de nouvelles élections législatives. La situation était beaucoup plus tendue du côté du parti d'extrême-droite. Lors d'une conférence de presse, les sympathisants d'Aube dorée, qui a obtenu près de 7% des voix, ont ordonné aux journalistes de se lever à l'arrivée de leur chef de file Nikolaos Mihaloliakos. De nombreux journalistes ont quitté la salle en signe de protestation. La mauvaise santé du pays a fait décrocher les bourses du monde entier mardi et a forcé Bruxelles à taper du poing sur la table.

micro générique
La rédaction numérique de RTL
et Alexia Kefalas

La Grèce, une aide ou le défaut de paiement

"Il y a des questions sur le versement ou non cette semaine" d'une nouvelle tranche prévue de prêts, a affirmé Ghikas Hardouvelis, le conseiller économique du Premier ministre sortant, à la radio Skaï.

"Pourquoi nous donnerait-il de l'argent" si le pays devait dévier de ses engagements de rigueur, comme l'ont laissé augurer l'ensemble de ses dirigeants politiques, a-t-il ajouté.

M. Ghikas confirmait ainsi les interrogations relayées par la presse jeudi.

Selon le quotidien libéral Kathimérini, la Commission européenne a assuré Athènes qu'elle verserait jeudi cette perfusion prévue de 5,2 milliards d'euros, dont l'essentiel doit couvrir des arriérés de l'Etat.

Mais le quotidien en ligne To Vima faisait au contraire état d'un éventuel ajournement de ce versement, si l'UE décidait d'accentuer la pression pour que le pays reste sur la route où l'ont engagé UE et FMI.

Aucun responsable grec ne chiffre publiquement les réserves de financement du pays, laissant les médias avancer diverses dates, de fin juin à fin août, au delà desquelles le pays serait menacé de faillite. M. Hardouvelis a toutefois insisté sur la dépendance du pays des prêts de ses partenaires pour couvrir ses besoins de financement.

L'Europe tente de rappeler à l'ordre les Grecs

Le président de la Commission européenne, José Manuel Barroso, avait prévenu mardi la Grèce qu'elle n'avait pas d'autre choix que de se plier à la rigueur, sous peine de s'exposer au "défaut de paiement".

Le pays sera confronté à sa première échéance le 15 mai, quand il devra rembourser quelque 450 millions d'euros d'obligations que ses détenteurs ont refusé d'effacer dans le cadre de la vaste opération de restructuration de sa dette menée par le pays en mars.

Le gouvernement sortant avait d'abord menacé de ne pas rembourser ces créances, mais le ministre sortant des Finances, Philippos Sahinidis est désormais à la recherche d'un aval politique sur la position à tenir, selon le quotidien Ta Néa.

La Grèce est menacée de paralysie politique, dans l'incapacité de former un gouvernement depuis les législatives de dimanche, les partisans de la poursuite du plan UE-FMI n'ayant pas obtenu la majorité (149 sièges sur 300), et les opposants à l'austérité, à l'extrême droite et l'extrême gauche, étant profondément divisés. De nouvelles élections pourraient être tenues en juin.

Les bourses mondiales dévissent

Pour les marchés, le risque est celui d'un "défaut de la Grèce sur l'une de ses prochaines échéances, avec un degré de probabilité élevé, mais aussi le début des démarches nécessaires pour organiser la sortie de la Grèce de la zone euro", ont prévenu les stratégistes du Crédit Mutuel-CIC.

A la clôture mardi, la bourse de Francfort a perdu 1,90%, Londres 1,78% et Milan 2,37%. Celle d'Athènes a poursuivi sa descente aux enfers, clôturant en chute de 3,62% à son niveau d'il y a 20 ans, après un plongeon de 6,67% la veille. A Wall Street, le Dow Jones a perdu 0,59%.

Les taux allemands à 10 ans ont enregistré leur plus bas historique à 1,540%. En revanche, en Espagne, le taux grimpait à 5,790%, en Italie à 5,426% et le taux grec bondissait à 22,254%.

La Grèce a également enregistré une autre sanction financière mardi, avec une hausse, à 4,69% des taux qu'elle a dû consentir pour emprunter 1,3 milliard d'euros sur six mois.

(avec dépêches)

Lire la suite
Grèce Union européenne Europe
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants