1 min de lecture Nicolas Sarkozy

La France joue la carte de l'apaisement avec la Turquie

La guerre diplomatique qui fait rage entre la Turquie et la France va trop loin. L'Elysée et le ministère des Affaires Etrangères ont donc décidé de calmer le jeu, vendredi soir, Alain Juppé appelant les Turcs à faire preuve de "sang froid". Nicolas Sarkozy a lui demandé à son homologue de respecter les "convictions" de chacun. "La France ne donne de leçons à personne, mais la France n'entend pas en recevoir", a expliqué le président. La journée de vendredi avait été marquée par toute une série d'attaques lancées par le président turc à l'égard de la France.

micro générique
La rédaction de RTL Journalistes RTL

Multiplication d'attaques verbales

Le Premier ministre turc Recep Tayyip Erdogan a accusé vendredi la France d'avoir commis un "génocide" en Algérie et le président français Nicolas Sarkozy de jouer sur "la haine du musulman et du Turc" à des fins électoralistes, en réaction au vote à l'Assemblée nationale française d'une proposition de loi pénalisant la négation des génocides, dont l'arménien.

Suite à cette déclaration, la plus véhémente, le ministre des Affaires étrangères Alain Juppé a appelé les Turcs à faire preuve de "sang froid" et de "retenue". "Je pense que cette initiative n'était pas opportune, mais le Parlement a voté", a déclaré le chef de la diplomatie française depuis Bordeaux.
  
"J'avais appelé les autorités turques à ne pas sur-réagir au vote du Parlement. Je constate qu'il y a eu des déclarations sans doute excessives", a-t-il jugé. "Essayons maintenant de reprendre des relations apaisées. Ce sera difficile, j'en ai conscience, mais le temps fera son œuvre", a ajouté M. Juppé.

"Respecter les convictions de chacun"

Le président français a aussi demandé à la Turquie le respect des "convictions" de chacun.

"Je respecte les convictions de nos amis turcs, c'est un grand pays, une grande civilisation, ils doivent respecter les nôtres", a déclaré Nicolas Sarkozy à Prague, où il assistait aux obsèques de l'ancien président tchèque Vaclav Havel.

"La France ne donne de leçons à personne, mais la France n'entend pas en recevoir", a aussi déclaré M. Sarkozy.
  
M. Erdogan avait ordonné jeudi en représailles au vote de l'Assemblée la suspension des visites bilatérales, le rappel pour consultations de l'ambassadeur de Turquie en France et ajouté que "les exercices militaires communs avec la France et toutes les activités militaires avec ce pays avaient été annulés" pour protester contre l'adoption de ce texte.

Préserver les liens commerciaux

Les relations commerciales entre la France et la Turquie

Lire la suite
Nicolas Sarkozy International Commémoration
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants