2 min de lecture Recep Tayyip Erdogan

La "diaspora juive" accusée d'être à l'origine des manifestations turques

Le vice-premier ministre turc a dénoncé le rôle de la "diaspora juive" dans les manifestations anti-gouvernementales qui ont secoué le pays pendant trois semaines.

Le ministre de l'Intérieur turc Besir Atalay, ici le 25 février 2010, dénonce le rôle de la "diaspora juive" dans les manifestations.
Le ministre de l'Intérieur turc Besir Atalay, ici le 25 février 2010, dénonce le rôle de la "diaspora juive" dans les manifestations. Crédit : ADEM ALTAN / AFP
Nicolas Marischaël avec sa famille dans son atelier-boutique
La rédaction numérique de RTL
et AFP

Le vice-Premier ministre turc Besir Atalay a accusé la "diaspora juive" d'avoir participé à l'organisation des manifestations contre le régime islamo-conservateur turc  a rapporté ce mardi 2 juillet la presse turque.

"Les incidents du parc Gezi (à Istanbul) (...) ont été orchestrés par la diaspora juive, qui a été active dans cet événement", a dit Besir Atalay cité par le quotidien Hürriyet. Besir Atalay a également mis en cause la presse internationale et des "forces étrangères", dont il n'a pas détaillé la composition, pour avoir participé à la "déstabilisation" de la Turquie lors de la fronde qui a secoué pendant plus de trois semaines la Turquie.

"La Turquie n'est plus ce qu'elle était auparavant", a-t-il toutefois souligné, "tout le monde est au courant de ce qui se passe".

Erdogan accuse un “lobby financier”

Ces dernières semaines, le Premier ministre Recep Tayyip Erdogan a, lui, pointé du doigt la responsabilité d'un "lobby financier" ou d'un "lobby des taux d'intérêt". Il l’a accusé d'avoir tiré profit de la contestation en Turquie, un pays émergent et une destination importante des capitaux étrangers.

À lire aussi
Emmanuel Macron et le président turc Recep Tayyip Erdogan à l'Élysée le 5 janvier 2018 (Illustration). Turquie
Les infos de 18h - Tensions franco-turques : la Turquie fait un geste d'apaisement

Plus de 2,5 millions de personnes sont descendues dans la rue dans près de 80 villes du pays pendant les trois semaines qui ont suivi le 31 mai, selon des estimations de la police révélées dans la presse.

Quatre morts dans les manifestations

Ces manifestations dirigées contre Recep Tayyip Erdogan, accusé de dérive autoritaire et de vouloir "islamiser" la société turque, ont coûté la vie à quatre personnes --trois manifestants et un policier-- et en ont blessé près de 8.000 autres, selon l'Association des médecins.

Les propos de Besir Atalay interviennent alors que la Turquie négocie avec Israël l'indemnisation de neuf victimes turques d'un raid israélien meurtrier  en mai 2010 sur un navire qui tentait de briser le blocus maritime imposé par l'Etat hébreu à Gaza.

Ce raid a profondément affecté les relations entre les deux pays, jusqu'à ce que le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu présente ses excuses aux autorités turques en mars dernier.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Recep Tayyip Erdogan Turquie Info
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants