2 min de lecture Cigarette électronique

La cigarette électronique bientôt prescrite par les médecins britanniques ?

Des experts de santé publique britanniques recommandent dans une étude publiée mercredi de donner aux médecins généralistes la possibilité de prescrire la cigarette électronique pour lutter contre le tabagisme traditionnel.

Une femme avec une cigarette électronique (illustration)
Une femme avec une cigarette électronique (illustration) Crédit : JOE RAEDLE / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP
micro générique
La rédaction numérique de RTL
et AFP

Le Pr Ann McNeill, du King's College de Londres, coauteure de cette étude commandée par les autorités sanitaires britanniques (PHE) assure que les cigarettes électroniques "peuvent changer la donne pour la santé publique". Les experts qui ont travaillé à cette étude estime que les cigarettes électroniques sont 95% moins dangereuses que les cigarettes traditionnelles. D'où leur volonté d'ajouter l'objet aux traitements qui peuvent être prescrits par les médecins pour arrêter de fumer.

"Pour certaines personnes qui trouvent difficile d'arrêter (de fumer) en utilisant les méthodes traditionnelles, les cigarettes électroniques peuvent représenter une nouvelle solution", note de son côté le Pr Kevin Fenton, un responsable de la PHE. Les médecins britanniques ne sont actuellement pas autorisés à prescrire de cigarette électronique, mais les experts à l'origine de cette étude espèrent que l'Agence britannique de contrôle sanitaire (MHRA) leur en donnera bientôt la possibilité.

"Pour le moment, il n'y a pas de produits sous licence pouvant être utilisés pour des besoins médicaux et c'est une des raisons pour laquelle nous soutenons la MHRA pour qu'elle s'assure que des cigarettes électroniques sûres et encadrées puissent être proposées pour des besoins médicaux", poursuit le Pr Fenton.

"Une fois que cela aura été agréé, et que nous aurons les produits dans les tuyaux, ils pourront être intégrés à l'arsenal des outils disponibles pour aider les patients à arrêter de fumer", a-t-il dit.

Des cigarettes à la dangerosité moindre

À lire aussi
Une personne fume une cigarette électronique (illustration) États-Unis
États-Unis : le vapotage lié aux décès de 26 personnes

Même si le Pr Fenton est conscient que "les cigarettes électroniques ne sont pas complètement dénuées de risque, les preuves dont nous disposons montrent qu'elles ne comportent qu'une fraction" de la dangerosité du tabac. Les experts soulignent également qu'il n'y pas de preuve démontrant que les e-cigarettes incitent les vapoteurs à se tourner vers le tabagisme classique.

Quelque 2,6 millions de personnes vapotent dans le pays, alors qu'environ 80.000 personnes meurent chaque année en Angleterre à cause du tabagisme. La question fait toutefois débat, et une autre étude publiée mardi aux Etats-Unis dans le Journal of the American Medical Association (JAMA) montre que les adolescents utilisant des cigarettes électroniques ont plus tendance à commencer à fumer du tabac que ceux n'ayant jamais essayé le vapotage.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Cigarette électronique Santé Tabac
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants