1. Accueil
  2. Actu
  3. International
  4. L'Ouganda et sa loi anti-homosexualité sanctionnés par les Etats-Unis
2 min de lecture

L'Ouganda et sa loi anti-homosexualité sanctionnés par les Etats-Unis

Les Etats-Unis ont pris jeudi des sanctions contre l'Ouganda coupable de s'être doté d'une loi "infâme" réprimant l'homosexualité.

Une manifestation avait déjà eu lieu à New York contre les lois homophobes en Ouganda en 2009.
Une manifestation avait déjà eu lieu à New York contre les lois homophobes en Ouganda en 2009.
Crédit : AFP
micro generique
La rédaction numérique de RTL
Journaliste

Les Etats-Unis ont pris jeudi des sanctions contre l'Ouganda coupable de s'être doté d'une loi "infâme" réprimant l'homosexualité. Adoptée en février par Kampala elle a soulevé un tollé en Occident. John Kerry l'avait comparée à celles de l'Allemagne nazie et de l'apartheid en Afrique du Sud.

Cette loi va "à l'encontre des droits de l'homme universels" et "complique (la) relation bilatérale" américano-ougandaise, a déploré la Maison Blanche.

Pas de visas pour les responsables impliqués dans cette décision

Les sanctions prises par le département d'Etat interdisent de visas pour les Etats-Unis des "responsables ougandais impliqués dans de graves violations des droits de l'homme", notamment contre des personnes LGBT (lesbiennes, gays, bi-sexuels et transsexuels), selon la porte-parole du Conseil de sécurité nationale, Caitlin Hayden. Les mesures punitives suspendent aussi le financement de programmes destinés au gouvernement ougandais.

Sont visés la police ougandaise, le ministère de la Santé et un projet d'exercice aérien mené par les forces armées américaines en Ouganda. Washington a alloué en 2013 à Kampala quelque 487 millions de dollars d'assistance, dont 411 millions pour le secteur de la santé. Les programmes gelés représentent une poignée de millions de dollars.

Une tolérance zéro des Etats-Unis

À lire aussi

Les Etats-Unis et l'Ouganda restent toutefois des alliés et coopèrent notamment pour la traque du chef de l'Armée de résistance du Seigneur (LRA), Joseph Kony, recherché par la Cour pénale internationale et Washington. Cette collaboration militaire n'est pas remise en cause, pas plus que l'aide humanitaire.

La chef des démocrates à la Chambre des représentants Nancy Pelosi s'est félicitée de ce "message fort envoyé au gouvernement ougandais: les Etats-Unis ne toléreront pas l'infâme persécution des Ougandais LGBT". Elle a jugé la loi anti-homosexualité d"une ignorance, injustice et cruauté à couper le souffle".

Cette législation avait été promulguée en février par le président Yoweri Museveni, réprimant la "promotion de l'homosexualité" et obligeant à dénoncer des homosexuels. Elle a provoqué de vives condamnations des Etats-Unis, de pays d'Europe et du Parlement européen.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/