1. Accueil
  2. Actu
  3. International
  4. L'Iran annonce avoir testé un missile balistique, la France est "extrêmement préoccupée"
1 min de lecture

L'Iran annonce avoir testé un missile balistique, la France est "extrêmement préoccupée"

Paris a condamné le tir de missile annoncé par l'Iran, qui intervient alors que les relations entre l'Iran et les États-Unis sont de plus en plus tendues.

Une capture d'écran de la diffusion, le 23 septembre, du tir de missile à la télévision iranienne
Une capture d'écran de la diffusion, le 23 septembre, du tir de missile à la télévision iranienne
Crédit : HANDOUT / IRIB TV / AFP PHOTO
Benjamin Pierret & AFP

"La France est extrêmement préoccupée par le tir de missile balistique annoncé par l'Iran", selon un communiqué du Quai d'Orsay publié samedi 23 septembre au soir. Ce même jour, l'Iran a annoncé avoir testé "avec succès" un nouveau missile d'une portée de 2.000 km. La télévision d'État iranienne a diffusé des images du lancement du missile Khoramshahr, et d'autres prises depuis l'intérieur de l'appareil. 

Paris condamne ce tir "qui est non-conforme à la résolution 2231 du Conseil de sécurité des Nations unies", lit-on dans la déclaration de la porte-parole du ministère des Affaires étrangères. "La France demande à l'Iran de cesser toute activité déstabilisante dans la région et de respecter toutes les dispositions de la résolution 2231, y compris l'appel à ne pas procéder à ce type d'activités balistiques", selon le communiqué. La date du test n'a pas été communiquée.

Escalade des tensions

L'annonce de ce tir intervient dans un climat très tendu entre l'Iran et les États-Unis : Donald Trump menace de sortir son pays de l'accord sur le nucléaire que Washington a signé en 2015 avec Téhéran conjointement avec l'Allemagne, la Chine, la France, la Grande-Bretagne et la Russie. Cet accord n'interdit pas les activités balistiques de l'Iran mais la résolution 2231 du Conseil de sécurité de l'ONU, qui l'a entériné, demande à l'Iran de ne pas mener d'activités pour développer des missiles conçus pour porter des têtes nucléaires. Les responsables iraniens affirment que leur pays n'a pas de programme pour fabriquer des armes nucléaires. 

Le tir, dénoncé par les États-Unis, a également été condamné par Israël, ennemi juré de l'Iran, qui pourrait en théorie être atteint par cette portée de 2.000 km : le ministre israélien de la Défense, Avigdor Lieberman, a réagi samedi en dénonçant une "provocation" et "l'ambition de l'Iran à devenir une puissance mondiale pour menacer les pays du Moyen-Orient et les États démocratiques dans le monde". 

La rédaction vous recommande
À lire aussi

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/