1 min de lecture Daesh

L'EI utilise l'image du petit Aylan pour mettre en garde les migrants

Le magazine de propagande de l'EI a utilisé l'image du petit Aylan pour dissuader les réfugiés de l'exil.

Un officier turc portant le corps du petit Aylan Kurdi mort noyé, le 2 septembre 2015
Un officier turc portant le corps du petit Aylan Kurdi mort noyé, le 2 septembre 2015 Crédit : STR / DOGAN NEWS AGENCY / AFP
micro générique
La rédaction numérique de RTL
et AFP

Le groupe jihadiste Etat islamique (EI) a utilisé l'image choquante du petit garçon syrien noyé Aylan Kurdi, pour mettre en garde les réfugiés qui essaient de fuir vers les pays occidentaux, qualifiant leur choix de "grave péché".

L'image du corps d'Aylan, trois ans, photographié sur une plage de Bodrum en Turquie après le naufrage du bateau qui devait le conduire avec sa famille en Grèce, a créé une onde de choc à travers le monde, participant à la prise de conscience sur le sort des migrants.

Quitter le "califat" de l'EI, un "pêché majeur"

Dans sa dernière édition de son magazine de propagande Dabiq, l'EI publie l'image du petit garçon, avec en titre: "Les dangers de l'abandon de Dar al-islam", ou les terres de l'islam, qui incluent l'autoproclamé "califat" du groupe jihadiste en Syrie et en Irak.

"Certains Syriens et Libyens sont malheureusement en train de risquer la vie et l'âme des êtres dont ils sont responsables... beaucoup perdant la vie durant le périple qui les conduit à la terre des croisés", a souligné le texte. Il dénonce "un péché majeur" que sont en train de commettre les musulmans en emmenant leurs enfants en Occident, où "ils vivent sous la menace constante de la fornication, la sodomie, les drogues et l'alcool".

Déplacements forcés

À lire aussi
Un combattant de Daesh (illustration) terrorisme
Coronavirus : l’État islamique déconseille à ses membres de voyager en Europe

L'EI a pris le contrôle de larges territoires en Syrie et en Irak l'année dernière. Sa terrible réputation de meurtre, de torture, de conversion forcée et même d'esclavage, a provoqué des déplacements massifs d'Irakiens et de Syriens vers les pays voisins, dont le Liban, la Jordanie et la Turquie et vers des pays européens.

 Le président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker a exhorté mercredi les Etats de l'Union européenne à se répartir d'urgence l'accueil de 160.000 réfugiés, alors que la vague de migrants qui marchent sur les routes d'Europe continue de grossir.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Daesh Migrants Réfugiés
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants