1. Accueil
  2. Actu
  3. International
  4. "L'avenir européen de la Grande-Bretagne, enjeu numéro un des élections législatives", décrypte Olivier Mazerolle
2 min de lecture

"L'avenir européen de la Grande-Bretagne, enjeu numéro un des élections législatives", décrypte Olivier Mazerolle

REPLAY / BILLET - Pour le journaliste, les élections législatives du 7 mai au Royaume-Uni auront des conséquences sur toute l'Europe.

Olivier Mazerolle
Olivier Mazerolle
"L'avenir européen de la Grande-Bretagne, enjeu numéro un des élections législatives", décrypte Olivier Mazerolle
03:17
"L'avenir européen de la Grande-Bretagne, enjeu numéro un des élections législatives", décrypte Olivier Mazerolle
03:17

La naissance d'une princesse royale a réjoui les Britanniques. Mais les élections législatives du 7 mai vont les ramener à leurs soucis, prévient Olivier Mazerolle qui prédit une grande confusion politique pour les mois à venir. "Il n'y aura sans doute pas de majorité absolue au parlement pour le futur premier ministre, qui devra pourtant régler l'épineuse question de l'avenir de la Grande-Bretagne au sein de l'Europe, une question qui nous concerne au plus haut point", explique-t-il.

S'il est réélu, le conservateur David Cameron a promis d'organiser avant fin 2017 un référendum sur la présence britannique en Europe. Un thème très peu évoqué durant la campagne électorale. Pour le journaliste, l'avenir européen de la Grande-Bretagne sera "le débat numéro un de ces prochaines années".

Il constate que le parti eurosceptique UKIP, qui aura peu d'élus en raison du mode de scrutin, va devenir le troisième parti du pays en nombre de voix. Il note aussi que David Cameron et la presque totalité de la presse britannique portent sur l'Europe des jugements "à côté desquels les appréciations du FN sont de la petite bière".

Avec son armada d'élus, l'Écossaise Nicola Sturgeon aura le pouvoir de faire basculer la majorité d'un côté ou de l'autre

Olivier Mazerolle

En cas de victoire du travailliste Ed Milliband, celui-ci "devrait se retrouver en association avec la nationaliste écossaise Nicola Sturgeon, une femme efficace (...) mais bien encombrante", relève Olivier Mazerolle. Il note que pour la première fois, le SNP "va rafler l'immense majorité des sièges de députés dévolus à l'Écosse, jusqu'ici occupés par les travaillistes".

À écouter aussi

Nicola Sturgeon, aujourd'hui âgée de 45 ans, est très à gauche et pro-européenne. Elle milite depuis l'âge de 16 ans pour l'indépendance de l'Écosse. Le journaliste rappelle que le Daily Mail la compare à la diabolique Lady Macbeth. "Avec son armada d'élus, elle aura le pouvoir de faire basculer la majorité d'un côté ou de l'autre", insiste le journaliste.

Selon Olivier Mazerolle, deux cas de figure se présentent à elle. "Soit elle choisit de laisser Cameron diriger un gouvernement minoritaire, et elle prendra prétexte de la campagne anti-européenne de Cameron pour relancer l'indépendance de l'Écosse ; soit elle soutiendra le travailliste Milliband, mais en posant ses conditions sur l'avenir de son pays". 

Les Britanniques pourraient-ils vraiment tourner le dos à l'Europe ? "C'est possible", répond le journaliste, qui s'appuie sur les derniers sondages qui vont dans ce sens.

La rédaction vous recommande
À lire aussi

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/