1 min de lecture Politique

L'Algérie célèbre ses 50 ans d'indépendance

L'Algérie a 50 ans et elle va fêter son demi siècle d'indépendance durant tout une année. Le président Bouteflika s'est recueilli jeudi matin au sanctuaire des martyrs en mémoire des centaines de milliers de combattants qui ont péri dans la guerre d'indépendance. Aucun officiel français n'est représenté à ces commémorations ; le passé entre les deux pays ne passe pas. Il y a quelques mois, François Hollande insistait sur l'importance du travail de mémoire.

studio-rtl
La rédaction numérique de RTL
et Isabelle Dath

Feux d'artifice et comédie musicale pour le coup d'envoi des festivités

L’Algérie fête jeudi ses 50 ans d'indépendance, arrachée par la force d'une révolution aux résultats inachevés pour ceux qui avaient rêvé d'un pays libre et développé, eu égard aux immenses richesses en hydrocarbures.

Le coup d'envoi des célébrations, qui vont durer jusqu'au 5 juillet 2013, a été donné mercredi soir près d'Alger avec une comédie musicale majestueuse, et des feux d'artifice à travers tout le pays.

Première démarche du président de la République jeudi matin: Abdelaziz Bouteflika s'est rendu au monument des martyrs sur les hauteurs d'Alger pour se recueillir à la mémoire des centaines de milliers de combattants contre la France, l'ancienne puissance coloniale.

Cette guerre de sept ans et demi a fait, selon Alger, 1,5 million de morts algériens.

En plein centre d'Alger, les Beurs toulousains de Zebda ont donné un grand concert, retransmis par la radio algérienne, avec le concours de Radio France, un clin d'oeil à tous les Algériens de l'étranger.

Pour donner un écho international à cette célébration, les autorités ont fait diffuser un publi-reportage de 16 pages par le quotidien français Le Monde. Le président Bouteflika et des membres de son gouvernement qualifient de positif le bilan de ces 50 ans.

Une initiative qui a coûté, selon des sources informées citées par les journaux El-Watan et Dernières Nouvelles d'Algérie, un million et demi d'euros. 

La presse algérienne dresse un bilan critique de ce demi-siècle

"Des espoirs fous à la réalité sordide", titrait jeudi en Une le quotidien francophone Le Soir, qui fait un rapide survol de la révolution engagée dans le socialisme avant que le pays ne sombre dans l'"anarchie", le "bazar" et une "guerre civile impitoyable" (de 1992 jusqu'au début des années 2000).

"Libérée, regrette le quotidien Liberté dans un éditorial, l'Algérie n'a même pas eu le temps de savourer sa victoire que des clans se sont déchaînés pour la prise du pouvoir".

Pour l'ensemble des journaux, l'échec le plus important a été l'incapacité de ce pays de sortir de son statut d'Etat rentier, avec 98% de ses recettes issues des ventes d'hydrocarbures. L'an dernier, le secteur industriel ne représentait que 5% du PIB.

Jeudi matin, les PME ont publié dans la presse une lettre ouverte au président de la République lui demandant de les aider à la relance économique, en leur facilitant leurs démarches administratives et financières soumises à "une extrême lenteur".

Mais pour les Algériens, malgré un taux de chômage de plus de 20% parmi les jeunes qui constituent les deux-tiers de la population, la joie rayonne ces jours-ci dans les rues illuminées et décorées de centaines de drapeaux et logos du cinquantenaire.

Depuis quelques jours, les jeunes crient et dansent au son des concerts organisés un peu partout dans le pays, jusque tard le soir, une habitude qu'ils avaient perdue avec la guerre civile.

Hollande : la France est prête à "un regard lucide" sur son passé

François Hollande estime, dans une lettre adressée au président algérien Abdelaziz Bouteflika, qu'il y "a place désormais pour un regard lucide et responsable" de la France sur son passé colonial en Algérie.

"En ce 50e anniversaire de la naissance de la République algérienne démocratique et populaire, les Français s'associent à l'émotion de tous les Algériens", écrit le chef de l'Etat dans cette lettre à M. Bouteflika, rendue publique par l'Elysée.

"J'ai bien entendu votre appel, le 8 mai dernier, à une lecture objective de l'histoire, loin des guerres de mémoire et des enjeux conjoncturels", poursuit-il. Selon lui, "Français et Algériens partagent une même responsabilité, celle de se dire la vérité".

"La France considère qu'il y a place désormais pour un regard lucide et responsable sur son passé colonial si douloureux et en même temps un élan confiant vers l'avenir", ajoute le président de la République.
 

DIAPORAMA : comprendre la guerre d'Algérie en 3 minutes
(cliquez sur l'image pour découvrir le diaporama)
VIDEO : comprendre la guerre d'Algérie en 3 minutes

DIAPORAMA : L'Algérie, aujourd'hui
(cliquez sur l'image pour découvrir le diaporama)
Carte de l'Algérie


Les accords d'Evian, signés le 18 mars 1962

Lire la suite
Politique Histoire France
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7750405304
L'Algérie célèbre ses 50 ans d'indépendance
L'Algérie célèbre ses 50 ans d'indépendance
L'Algérie a 50 ans et elle va fêter son demi siècle d'indépendance durant tout une année. Le président Bouteflika s'est recueilli jeudi matin au sanctuaire des martyrs en mémoire des centaines de milliers de combattants qui ont péri dans la guerre d'indépendance. Aucun officiel français n'est représenté à ces commémorations ; le passé entre les deux pays ne passe pas. Il y a quelques mois, François Hollande insistait sur l'importance du travail de mémoire.
https://www.rtl.fr/actu/international/l-algerie-celebre-ses-50-ans-d-independance-7750405304
2012-07-05 17:52:00