1 min de lecture Kenya

Kenya : le pays en deuil après l'attaque terroriste contre l'université de Garissa

Le président kényan appelle à lutter contre le terrorisme sans tomber dans la stigmatisation, alors que le Kenya entame trois jours de deuil en hommage aux 148 victimes de l'attaque de l'université de Garissa par les somaliens shebab.

Le président du Kenya Uhuru Kenyatta le 4 avril 2015
Le président du Kenya Uhuru Kenyatta le 4 avril 2015 Crédit : John Muchucha / AFP
micro générique
La rédaction numérique de RTL
et AFP

Les responsables "seront traduits en justice", a assuré le président du Kenya Uhurru Kenyatta, dont le gouvernement essuie depuis trois jours les critiques pour son incapacité à enrayer un cycle d'attaques des islamistes shebab sur le sol kényan ayant fait plus de 400 morts depuis mi-2013.

Le pays, chrétien à 80%, célébrera Pâques dans le chagrin : les messes données à travers le pays seront largement dédiées aux 148 personnes tuées le 2 avril à l'aube sur le campus de l'université. Le président kényan Uhuru Kenyatta a annoncé le 4 avril au soir trois jours de deuil "durant lesquels nos drapeaux seront mis en berne". L'attaque de Garissa était la plus meurtrière depuis celle contre l'ambassade américaine de Nairobi en 1998 (213 morts).

Appel contre la stigmatisation

"La radicalisation qui engendre le terrorisme se déroule (...) au grand jour, dans les écoles coraniques, les maisons et les mosquées avec des imams sans scrupules", a-t-il mis en garde, appelant responsables religieux et communautaires, mais aussi les proches de "ceux qui radicalisent les jeunes", à les dénoncer.

M. Kenyatta a parallèlement exhorté le pays et ses différentes communautés à rester unis : "Faisons en sorte que notre colère justifiée (...) ne débouche sur aucune stigmatisation", en référence aux musulmans, Somaliens ou Kényans d'ethnie somali, souvent pointés du doigt ou victimes d'abus policiers après de telles attaques. 

À lire aussi
Les criquets pèlerins envahissent de nouveau l'Afrique de l'Est Afrique
Afrique de l'Est : une invasion de milliards de criquets provoque une crise alimentaire

Samedi, une poignée de manifestants a défilé dans le quartier majoritairement somali d'Eastleigh à Nairobi, rappelant que "les musulmans sont  aussi victimes du terrorisme" ou qu'être "musulman n'est pas être shebab". L'une des plus prestigieuses institutions de l'islam sunnite basée en Egypte, Al-Azhar, a condamné le massacre samedi.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Kenya Terrorisme Afrique
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants