1. Accueil
  2. Actu
  3. International
  4. Jérusalem : mort d'un Israélien blessé dans une attaque à la voiture bélier
2 min de lecture

Jérusalem : mort d'un Israélien blessé dans une attaque à la voiture bélier

Renversé mercredi par un automobiliste palestinien, un Israélien a succombé à ses blessures ce vendredi matin.

Les forces de police et les secours inspectent un véhicule utilisé dans une attaque bélier contre un groupe de piétons, le 5 novembre 2014 à Jérusalem
Les forces de police et les secours inspectent un véhicule utilisé dans une attaque bélier contre un groupe de piétons, le 5 novembre 2014 à Jérusalem
Crédit : AFP / MENAHEM KAHANA
La rédaction numérique de RTL & AFP

"La personne qui a été grièvement blessée dans l'attaque bélier est morte ce matin", a annoncé ce vendredi 7 novembre l'hôpital Hadassa à Ein Kerem où avait été pris en charge le blessé. Il s'agit de la deuxième victime de l'attaque qui a eu lieu mercredi.

L'âge et l'identité de la victime n'ont pu être confirmés de source médicale mais la radio militaire israélienne a indiqué qu'il s'agissait d'un étudiant juif de 17 ans.

Au volant de son van, un Palestinien a fauché deux groupes de piétons à un arrêt de tramway sur une artère séparant Jérusalem-Ouest et Jérusalem-Est. Deux semaines plus tôt, un autre Palestinien avait fait de même à quelques centaines de mètres de là, à un autre arrêt, tuant un bébé de trois mois et une jeune femme de 22 ans.

Pratiquement imparables, les récentes attaques à la voiture bélier à Jérusalem posent un sérieux défi aux services de sécurité israéliens mais elles témoignent aussi du manque de moyens de leurs auteurs palestiniens. En l'absence d'organisation et face au caractère individuel d'un tel acte, la tâche est quasiment impossible pour la police, qui a cependant décidé de disposer des blocs de bétons devant les arrêts de tramway de Jérusalem.

Moins d'attentats suicides, plus de voitures béliers

À lire aussi

La hausse des attaques utilisant des véhicules au cours des deux derniers mois "est claire", affirme Ely Karmon, chercheur à l'Institut pour le contre-terrorisme d'Herziliya. Pour autant, ce type d'assaut n'est pas une nouveauté. En 2008 déjà, Israël s'était alarmé d'une succession d'attaques utilisant ce mode opératoire qui avaient fait trois morts et des dizaines de blessés, en dehors des trois chauffeurs, tous abattus.

"C'est un effet de substitution. Ils ne peuvent plus organiser des attentats suicide comme ils le faisaient lors de la deuxième Intifada car les arrestations préventives en Cisjordanie les empêchent de fabriquer des bombes", analyse Hillel Frisch, professeur de Science politique au centre Begin-Sadate d'études stratégiques de l'université de Bar-Ilan, près de Tel-Aviv.

Le Hamas, qui a salué les actions des chauffeurs, ne les a pourtant pas revendiquées.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/