1 min de lecture Faits divers

Italie : "Johnny le Gitan" arrêté en Sardaigne après sa 7e cavale

"Johnny le Gitan", surnom donné au malfrat italien Giuseppe Mastini, a été arrêté ce mardi 15 septembre après 10 jours de cavale.

"Johnny le Gitan" arrêté le 15 septembre en Sardaigne (Iltalie)
Crédit Image : Handout / Polizia di Stato / AFP

Il s'était évadé pour la septième fois de sa riche et longue carrière de malfrat le 5 septembre dernier. Cette dernière cavale n'a duré que 10 jours. Giuseppe Mastini, 60 ans, plus connu sous le nom de "Johnny le Gitan" a été arrêté ce mardi 15 septembre en Sardaigne. 

"Le détenu en fuite a été retrouvé dans une maison de campagne près de Sassari", dans le nord-ouest de la Sardaigne, où il se trouvait en compagnie d'un forgeron, a annoncé la police. "On s'évade toujours par amour", a déclaré à la police Giuseppe Mastini, cité par le site du quotidien Il Corriere della Sera, même si sa compagne ne se trouvait pas avec lui au moment de son arrestation. 

En juillet 2017, Giuseppe Mastini avait été condamné à perpétuité et incarcéré dans une prison de haute sécurité de Sardaigne. Il devait passer en régime de semi-liberté en février prochain. Mais visiblement las d'attendre, il n'avait pas regagné sa cellule après une sortie le 5 septembre dernier

Durant sa cavale, Giuseppe Mastini s'est teint les cheveux en blond platine. Un avis de recherche avait aussi été diffusé dans tout le pays pour tenter de le localiser. Un syndicat de policiers italiens a par ailleurs profité de l'occasion pour demander la suppression des permis de sortie pour les criminels ayant déjà fait des tentatives d'évasion. 

Originaire de la province de Bergame (nord), Giuseppe Mastini s'était installé avec sa famille de forains "sinti" à Rome dans les années 70, avant de perpétrer son premier meurtre à l'âge de onze ans, selon l'agence ANSA.  

Sa toute première évasion remonte à 1987, lorsqu'il n'avait pas réintégré sa prison. Durant sa cavale de deux ans, il avait ensuite perpétré de nombreux crimes : vols, prise en otage d'une jeune fille, meurtre d'un officier de police, blessures infligées à un autre. Il a aussi été cité dans l'enquête sur le meurtre du cinéaste Pier Paolo Pasolini en 1975.  

La rédaction vous recommande