3 min de lecture Politique

Italie : Giuseppe Conte renonce, le pays s'enfonce dans la crise

Giuseppe Conte renonce ce dimanche 27 mai à être Premier ministre, après avoir été reçu par le président italien Sergio Mattarella.

Le Premier ministre italien Giuseppe Conte
Le Premier ministre italien Giuseppe Conte Crédit : Vincenzo PINTO / AFP
Clémence Bauduin
Clémence Bauduin
et AFP

Il n'est pas parvenu à former de gouvernement. Giuseppe Conte renonce ce dimanche 27 mai à être le président du conseil italien, après avoir été reçu par le président Sergio Mattarella, a annoncé ce dimanche soir la présidence. La tâche s'annonçait ardue, et les deux hommes peinaient à s'accorder sur la composition du futur gouvernement, notamment sur la personnalité qui occuperait le poste de ministre des Finances.

"Le Président du conseil désigné Giuseppe Conte a remis son mandat au président Mattarella", a annoncé le secrétaire général de la présidence, Ugo Zampetti, à l'issue d'une entrevue entre les deux hommes. Giuseppe Conte, 53 ans, un juriste novice en politique, avait été désigné mercredi 23 mai, mais il devait encore confirmer cette nomination et présenter une liste de ministres que le chef de l'État accepte pour que celle-ci soit effective.

"Je peux vous assurer que j'ai fourni le maximum d'efforts et d'attention pour mener à bien cette tâche et l'avoir fait dans un climat de pleine collaboration avec les responsables des forces politiques qui m'ont désigné", a déclaré Giuseppe Conte devant la presse. 

Le président italien veut nommer un M. Austérité

En plein chaos politique, le président italien Sergio Mattarella s'apprête lundi à désigner Carlo Cottarelli, incarnation de l'austérité budgétaire, pour diriger le pays vers de nouvelles élections, après avoir imposé son veto dimanche à un gouvernement populiste clairement eurosceptique. 

À lire aussi
Emmanuel Macron, président de la République, présente son plan de sortie de crise pour l'automobile le 26 mai 2020, avec Bruno Le Maire, ministre de l'Economie et des Finances industrie
Coronavirus : le plan automobile de Macron, un retour du dirigisme ?

Et c'est justement dans la perspective de la réouverture des marchés financiers lundi que Sergio Mattarella a annoncé dès dimanche soir la convocation de Carlo Cottarelli, un économiste de 64 ans, ancien haut responsable du Fonds monétaire international (FMI) surnommé "M. Ciseaux" pour son rôle dans la réduction des dépenses publiques en 2013-2014 sous les gouvernements de centre gauche. 

L'actuel directeur de l'Observatoire des comptes publics, devrait être chargé de former un gouvernement technique qui n'a quasiment aucune chance d'obtenir la confiance du Parlement tant le M5S et la Ligue sont vent debout contre lui. 

Matteo Salvini a dénoncé "un Monsieur Personne qui représente la finance internationale", et Luigi Di Maio "l'un de ces experts donneurs de leçons qui nous ont accablés en taillant dans la santé, l'éducation, l'agriculture...". L'unique mission de Carlo Cottarelli devrait donc être de mener le pays à de nouvelles élections, dans un climat qui s'annonce électrique. 

Luigi di Maio veut la destitution du président

Luigi Di Maio et Matteo Salvini, les chefs de file des antisystème et de l'extrême droite en Italie, ont exprimé leur mécontentement après que le Premier ministre qu'ils avaient choisi, ait jeté l'éponge dimanche soir. 

"Nous avons travaillé pendant des semaines pour faire naître un gouvernement qui défende les intérêts des citoyens italiens. Mais quelqu'un (sur la pression de qui ?) nous a dit NON", a réagi Matteo Salvini, le patron de la Ligue (extrême droite), sur les réseaux sociaux. De son côté, Luigi di Maio, le chef de file du Mouvement 5 étoiles, a clairement annoncé vouloir la destitution du président, Sergio Mattarella. 

Il a affirmé dans une émission de télévision qu'il comptait invoquer l'article 90 de la Constitution italienne, qui permet de mettre en accusation le chef de l'État pour "haute trahison" ou "atteinte à la Constitution"

Ce dernier, à la recherche d'une solution, a convoqué l'économiste Carlo Cottarelli lundi 28 mai dans la matinée. Agé de 64 ans, Cottarelli a été haut responsable au Fonds monétaire international (FMI) et s'est vu attribuer le surnom de "Monsieur Ciseaux" quand il a été chargé de la révision des dépenses publiques par le gouvernement d'Enrico Letta (centre gauche) en 2013. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Politique Italie
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants