3 min de lecture Israël

Israël : Jérusalem est sous haute tension après une fusillade mortelle

Trois Arabes Israéliens ont ouvert le feu et tué deux policiers dans la Vieille ville de Jérusalem vendredi 14 juillet, avant d'être abattus.

Des forces de sécurités israéliennes déployées à Jérusalem le 14 juillet 2017.
Des forces de sécurités israéliennes déployées à Jérusalem le 14 juillet 2017. Crédit : Thomas COEX / AFP
109117333772423871640
Geoffroy Lang
et AFP

La vieille ville de Jérusalem est en ébullition depuis une fusillade mortelle survenue ce vendredi 14 juillet. Dans la matinée, trois Arabes Israéliens ont abattu deux policiers israéliens dans la vieille ville de Jérusalem, avant d'être pourchassés et abattus sur l'esplanade des Mosquées.

Après cet incident, un des plus graves dans ce secteur au cœur du conflit israélo-palestinien, la ville a été verrouillée et quadrillée par les forces de sécurité israéliennes. Quelques heures après l'attaque, la police israélienne a même arrêté le mufti de Jérusalem, Mohammed Hussein, au cours d'un rassemblement dans la vieille ville pour dénoncer la fermeture de l'esplanade des Mosquées.

Cette esplanade, troisième lieu saint de l'islam, a été fermée par la police après l'attaque anti-israélienne. Les prières du vendredi ont également été annulées sur ce site ultra-sensible situé à Jérusalem-Est annexée et occupée par Israël.

À lire aussi
L'impression 3D pourrait rendre les greffes d'organes obsolètes. Augmenté
Un premier coeur en 3D fabriqué à partir des cellules d'un patient

Pour tenter d'éviter une escalade, le Premier ministre israélien Benyamin Netanyahu et son homologue palestinien Mahmoud Abbas ont eu une conversation téléphonique, un entretien rare depuis la suspension des négociations de paix en 2014. Le président palestinien a exprimé "son rejet de tout acte de violence d'où qu'il vienne" alors que Benyamin Netanyahu "a appelé au calme".

La première attaque aux armes à feu depuis des années

Il s'agit de la première attaque à l'arme à feu commise depuis des années dans la Vieille ville soulignent les commentateurs, alors que depuis octobre 2015, Israël et les territoires palestiniens ont surtout été marqués par des attaques à l'arme blanche perpétrées en majorité par des Palestiniens qui agissaient seuls. Deux policiers grièvement blessés dans l'attaque ont succombé plus tard alors qu'un troisième policier a été légèrement blessé, a indiqué la police. Les policiers tués sont Hayel Satawi (30 ans) et Kamil Shanan (22 ans), tous deux membres de la minorité arabe druze d'Israël, très présente dans la police et l'armée. 

Selon la police et le Shin Beth, le service de sécurité intérieure israélien, les trois assaillants sont des Arabes israéliens, originaires de la ville de Oum el-Fahm, à une centaine de kilomètres au nord de Jérusalem.Vers 7 heures du matin, ils ont ouvert le feu sur des policiers près d'une porte de la Vieille ville avant de s'enfuir vers l'esplanade des Mosquées où ils ont été abattus par les forces de l'ordre, après un échange de tirs nourris.

Les prières du vendredi annulées pour la première fois depuis 2000

Après des consultations avec des responsables de sécurité, M. Netanyahu a décidé que l'esplanade des Mosquées "serait fermée aujourd'hui en raison de considérations de sécurité", selon un communiqué de ses services. Selon les médias israéliens, c'est la première fois depuis 2000, au moment de l'explosion de la deuxième intifada, le soulèvement palestinien, que les prières du vendredi sont annulées. "Il n'y a pas de raison de fermer la mosquée pour la prière du vendredi", a déclaré à la presse le mufti de Jérusalem Mohammed Hussein, chargé des lieux saints musulmans de Jérusalem, peu avant d'être arrêté.

Les autorités palestiniennes à Ramallah, en Cisjordanie occupée, ont condamné les dernières mesures israéliennes. Le porte-parole du mouvement islamiste Hamas, Sami Abou Zohri, a estimé que l'attaque était "une réponse naturelle au terrorisme sioniste et à la profanation de la mosquée Al-Aqsa". 

"Le statu quo [ selon lequel les juifs sont autorisés à visiter l'esplanade mais pas à y prier] sera préservé", a indiqué pour sa part Benjamin Netanyahu, dans une tentative de rassurer les Palestiniens. Depuis octobre 2015, Israël et les Territoires palestiniens sont en proie à des violences qui ont causé la mort de 280 Palestiniens, 44 Israéliens, deux Américains, deux Jordaniens, un Érythréen, un Soudanais et une Britannique, selon un décompte de l'AFP. La majorité des Palestiniens tués sont des assaillants ou assaillants présumés, souvent jeunes, agissant seuls et armés de couteaux.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Israël Jérusalem Terrorisme
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7789349201
Israël : Jérusalem est sous haute tension après une fusillade mortelle
Israël : Jérusalem est sous haute tension après une fusillade mortelle
Trois Arabes Israéliens ont ouvert le feu et tué deux policiers dans la Vieille ville de Jérusalem vendredi 14 juillet, avant d'être abattus.
https://www.rtl.fr/actu/international/israel-jerusalem-est-sous-haute-tension-apres-une-fusillade-mortelle-7789349201
2017-07-14 16:22:00
https://cdn-media.rtl.fr/cache/tbsJxozdFR18huXHgPkWUQ/330v220-2/online/image/2017/0714/7789349275_des-forces-de-securites-israeliennes-deployees-a-jerusalem-le-14-juillet-2017.jpg