1. Accueil
  2. Actu
  3. International
  4. Iran : Biden accuse les sénateurs républicains de "saper" l'autorité d'Obama
1 min de lecture

Iran : Biden accuse les sénateurs républicains de "saper" l'autorité d'Obama

Les Républicains "sapent" l'autorité du président Barack Obama avec leur lettre ouverte à l'Iran, accuse Joe Biden.

Joe Biden, le 2 mars 2015
Joe Biden, le 2 mars 2015
Crédit : AFP
La rédaction numérique de RTL & AFP

Les sénateurs républicains, qui ont adressé une lettre lundi 9 mars aux dirigeants iraniens pour les mettre en garde contre un accord sur le nucléaire avec les Etats-Unis, ont été accusés par le vice-président américain Joe Biden de "saper" l'autorité du président Barack Obama. "La lettre envoyée le 9 mars par 47 sénateurs républicains à la République islamique d'Iran, expressément conçue pour saper un président en exercice, à mi-chemin de négociations internationales sensibles, est indigne d'une institution que je révère", a déclaré Joe Biden dans un communiqué.

Cette lettre envoie un message très trompeur

Joe Biden

47 des 54 sénateurs républicains ont prévenu les Iraniens que le Congrès disposait, seul, du pouvoir de lever définitivement les sanctions américaines, dans une lettre ouverte adressée lundi 9 mars aux "dirigeants de la République islamique d'Iran". Ces sanctions ont été adoptées sous la forme de lois ces dernières années. Implicitement, ils signalent ainsi leur opposition à un éventuel accord politique entre le groupe 5+1 (États-Unis, Chine, Russie, France, Royaume-Uni et Allemagne) et l'Iran, dont les contours se dessinent à trois semaines de l'échéance de fin mars fixée par les négociateurs.

"Cette lettre, sous prétexte de donner une leçon constitutionnelle, ne tient pas compte de deux siècles de tradition et menace de saper la capacité de tout futur président américain, qu'il soit démocrate ou républicain, de négocier avec d'autres pays au nom des États-Unis", ajoute Joe Biden. "Cette lettre envoie un message très trompeur", "un message qui est aussi faux qu'il est dangereux", selon le vice-président.

La rédaction vous recommande
À écouter aussi

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/