1. Accueil
  2. Actu
  3. International
  4. Irak, Mali, Afghanistan : ces monuments détruits par les fondamentalistes islamistes
1 min de lecture

Irak, Mali, Afghanistan : ces monuments détruits par les fondamentalistes islamistes

EN IMAGES - Désormais aux mains du Califat autoproclamé, la cité archéologique de Palmyre risque le même sort que d'autres sites historiques saccagés par des fondamentalistes islamistes.

La cité antique d'Hatra en Irak est tombée aux mains destructrices de l'État islamique en avril 2015 (Image d'archives).
La cité antique d'Hatra en Irak est tombée aux mains destructrices de l'État islamique en avril 2015 (Image d'archives).
Crédit : HUBERT DEBBASCH / AFP
La cité antique d'Hatra en Irak est tombée aux mains destructrices de l'État islamique en avril 2015 (Image d'archives).
Des membres de l'État islamique en train de détruire des dalles de l'ancienne cité assyrienne de Nimroud, en Irak, en 2015
Si certaines œuvres du musée de Mossoul en Irak étaient des répliques, beaucoup d'entre elles étaient des originales
La mosquée qui trônait sur la tombe de Jonas à Mossoul, juste avant sa destruction en juillet 2014
Cette même mosquée, au moment de l'explosion
Les mausolées de Tombouctou, en train d'être détruits par les troupes d'Ansar Dine à l'été 2012 dans le Nord Mali
Depuis, les habitants de Tombouctou s'appliquent à reconstruire les monuments
Au Mali toujours, une partie des manuscrits de la bibliothèque de l'institut Ahmed-Baba, datant des 19e et 20e siècles, ont été brûlés
Les Bouddhas de Bâmiyân en Afghanistan ont été victimes de la foudre des talibans à coups de dynamite en 2001
En Libye cette fois, les islamistes ont démoli à l'aide de pelleteuses plusieurs mausolées en 2012
La cité antique d'Hatra en Irak est tombée aux mains destructrices de l'État islamique en avril 2015 (Image d'archives). Crédits : HUBERT DEBBASCH / AFP
Des membres de l'État islamique en train de détruire des dalles de l'ancienne cité assyrienne de Nimroud, en Irak, en 2015 Crédits : AFP PHOTO / HO / WELAYAT NINEVEH
Si certaines œuvres du musée de Mossoul en Irak étaient des répliques, beaucoup d'entre elles étaient des originales Crédits : Capture d'écran YouTube
La mosquée qui trônait sur la tombe de Jonas à Mossoul, juste avant sa destruction en juillet 2014 Crédits : Capture d'écran YouTube
Cette même mosquée, au moment de l'explosion Crédits : Capture d'écran YouTube
Les mausolées de Tombouctou, en train d'être détruits par les troupes d'Ansar Dine à l'été 2012 dans le Nord Mali Crédits : STR / AFP
Depuis, les habitants de Tombouctou s'appliquent à reconstruire les monuments Crédits : SEBASTIEN RIEUSSEC / AFP
Au Mali toujours, une partie des manuscrits de la bibliothèque de l'institut Ahmed-Baba, datant des 19e et 20e siècles, ont été brûlés Crédits : ERIC FEFERBERG / AFP
Les Bouddhas de Bâmiyân en Afghanistan ont été victimes de la foudre des talibans à coups de dynamite en 2001 Crédits : SAEED KHAN / AFP
En Libye cette fois, les islamistes ont démoli à l'aide de pelleteuses plusieurs mausolées en 2012 Crédits : MAHMUD TURKIA / AFP
1/1
Pierre Julien

L'État islamique (EI) n'est pas attaché au patrimoine culturel de l'humanité. Loin de là. Les hommes du Califat auto-proclamé l'ont déjà démontré à plusieurs reprises. Mossoul, Hatra, Nimroud... Les sites archéologiques de la civilisation mésopotamienne, notamment en Irak, ont souffert des marteaux et missiles de Daesh. 

Souvent classés au patrimoine mondial de l'Unesco, plusieurs statues, monuments et même des manuscrits, témoins d'une époque datant d'il y a plus de 3.000 ans pour certains, n'ont pas survécu à la rage destructrice de l'EI. Avant eux, d'autres groupes de fondamentalistes islamistes, comme les Talibans en Afghanistan et Ansar Dine au Mali, avaient également détruit de précieux édifices historiques.

Plusieurs vestiges mis en sécurité à Damas

Aujourd'hui, un nouveau site antique est sérieusement menacé. Tombée aux mains du groupe terroriste mercredi soir, la cité de Palmyre, en Syrie, risque de voir ses vestiges détruits eux aussi, même si plusieurs convois routiers ont fait sortir de la cité des centaines de statues, des céramiques et des objets millénaires. 

Mais le site antique reste à la merci des fanatiques qui veulent détruire les ouvrages d'un passé historique d'avant la venue du prophète Mahomet, et donc, à leurs yeux impurs. Le temple du dieu Bel, le théâtre romain, l'arc triomphal ou encore les colonnades, les tours funéraires et le riche tombeau dits des trois frères sont menacés... Ce qui inquiète profondément les défenseurs du patrimoine de l'humanité, comme Jack Lang ou Irina Bokova, directrice générale de l'Unesco qui appelle à "sauver" Palmyre.

À écouter

Les vestiges de Palmyre aux mains de Daesh
01:29
La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/