1 min de lecture États-Unis

Ingérence de Moscou : Trump croit à la fois Poutine et la CIA

Au Vietnam, Donald Trump avait longuement mis en avant les dénégations de son homologue russe sur les accusations d'ingérence de Moscou dans la campagne américaine.

Un Air d'Amérique
Donald Trump "devrait avoir honte", lance l'ancien chef de la CIA
Crédit Média : Philippe Corbé Crédit Image : AFP / Saul Loeb

Donald Trump a assuré dimanche 12 novembre "croire" aujourd'hui le renseignement américain, qui a conclu dans le passé que Moscou avait interféré dans les élections américaines, tout en évoquant la sincérité des dénégations de Vladimir Poutine. "Je crois nos agences de renseignement", a répondu le président américain, interrogé lors d'une conférence de presse au Vietnam sur les démentis du président russe avant de rejoindre Manille.

"Je crois qu'il a le sentiment que ni lui ni la Russie n'ont interféré dans les élections". Mais, que je le croie ou non... je suis avec nos agences"
, a insisté Donald Trump, faisant une distinction entre le renseignement américain "tel qu'il est dirigé maintenant, par des gens très bien", et les services ayant conclu en janvier 2017 à une ingérence russe, dont il avait traité la veille les anciens dirigeants, limogés depuis, de "vendus".

Après sa rencontre avec Vladimir Poutine, en marge du sommet de l'Asie-Pacifique (Apec) à Danang la veille, Donald Trump avait longuement mis en avant les dénégations de son homologue russe sur les accusations d'ingérence de Moscou dans la campagne américaine, laissant entendre qu'il le pensait sincère.

Donald Trump a tweeté

Dimanche, l'ex-patron de la CIA John Brennan s'est insurgé contre les propos du locataire de la Maison Blanche, estimant qu'il "devrait avoir honte". "Il nous a traités de vendus parce qu'il essaie de délégitimer les conclusions" du renseignement, a-t-il déclaré sur CNN. Et d'ajouter : "Vu la source des critiques, je considère ces critiques comme un honneur".

Plutôt discret sur les réseaux sociaux depuis le début de sa tournée asiatique, Donald Trump a envoyé dimanche matin, avant sa conférence de presse conjointe avec son homologue vietnamien, une série de tweets, revenant sur les grands dossiers des derniers jours. "Quand tous les haineux et les imbéciles se rendront-ils compte qu'avoir de bonnes relations avec la Russie est une bonne chose, pas une mauvaise chose ?", a-t-il ainsi écrit.

La rédaction vous recommande
Contenus sponsorisés