3 min de lecture Catalogne

Indépendance de la Catalogne : jour-J pour un vote uniquement symbolique

Les Catalans sont appelés à se prononcer ce dimanche sur leur indépendance, une consultation sans précédent mais sans valeur légale.

Des drapeaux nationalistes catalans accrochés aux balcons d'un immeuble, le 6 novembre 2014 à Barcelone
Des drapeaux nationalistes catalans accrochés aux balcons d'un immeuble, le 6 novembre 2014 à Barcelone Crédit : AFP / JOSEP LAGO
micro générique
La rédaction numérique de RTL
et AFP

"Voulez-vous que la Catalogne soit un État ?" et si oui, "Voulez-vous qu'il soit indépendant ?", telles sont les deux questions figurant sur les bulletins de vote soumis aux habitants de la Catalogne, ce dimanche 9 novembre. 

Après des années de controverses et en dépit de l'interdiction de Madrid, est organisée une consultation symbolique sans conséquences contraignantes comme en Écosse le 18 septembre, mais très attendue. 

Le président de la région, le nationaliste conservateur Artur Mas, a pris le risque de poursuites pour "désobéissance civile", au nom de la "liberté d'expression", et la "liberté idéologique" du peuple de Catalogne. Car par deux fois, le tribunal constitutionnel a suspendu la tenue d'une consultation sur ce sujet. C'est donc un vote alternatif organisé par l'exécutif avec des bénévoles, sans recensement ni commission électorale.

La moitié des Catalans favorable à l'indépendance

Potentiellement, 5,4 des 7,5 millions d'habitants de la région (sur 47 millions d'Espagnols) peuvent s'exprimer, y compris des jeunes à partir de 16 ans et des étrangers. Cependant ce chiffre ne sera pas atteint, d'autant que les partisans du "non", vont boycotter la consultation. Les estimations les plus optimistes évoquent ainsi deux millions.

À lire aussi
Manuel Valls Espagne
Manifestations à Barcelone : "Il faut que tout cela cesse", réclame Manuel Valls

Selon les derniers sondages, la moitié des habitants de cette riche région côtière et de montagnes du nord-est de l'Espagne souhaite l'indépendance. Ils sont 20% fermement opposés à l'indépendance et un tiers moins décidés, parfois favorables à davantage d'autonomie.

Cette journée du "9-N" pour 9 novembre est surtout l'épilogue d'une longue série de querelles avec Madrid. En 2010, le tribunal constitutionnel, saisi par le Parti populaire (PP, droite) de Mariano Rajoy, a modifié le "Statut" en vigueur en Catalogne depuis 2006, balayant une grande partie des transferts de compétences à la région ainsi que son statut de Nation.

Enjeux économiques non négligeables

Ensuite, la région, représentant 20% du PIB de l'Espagne, supportant mal de recevoir moins d'argent qu'elle n'en verse à l'État, a exigé un nouveau "pacte fiscal" sans être jamais entendue. 

La crise est devenue économique puis "institutionnelle", "démocratique", avec "des affaires de corruption touchant tous les partis dans tout le territoire", témoigne la militante de Barcelone Ada Colau, fondatrice d'un mouvement de défense de personnes chassées de leurs logements. Selon elle, "un désir de changement", a jeté beaucoup de Catalans dan les bras des indépendantistes.

Le président de la région Artur Mas s'est peu à peu rapproché des indépendantistes, jusqu'à promettre un référendum dès 2012.

Les suffragettes aussi ont été dans l'illégalité, leur mouvement était-il légitime ?

Ricard Gene, avocat indépendantiste
Partager la citation

Pour les défenseurs du "oui", peu importe la légalité. "Les suffragettes aussi ont été dans l'illégalité, leur mouvement était-il légitime ?", demande l'avocat indépendantiste Ricard Gene.

De leur côté, les opposants à l'indépendance dénoncent le "lavage de cerveau" exercé sur les Catalans en pleine crise et jugent illégal et antidémocratique ce vote. "Nous sommes Espagnols et Catalans et personne ne fait attention à nous", disait Mercedes Gargallo, une manifestante opposée au vote du 9-N.

Dimanche soir, les indépendantistes mesureront leur force en fonction de la participation obtenue. Mais celle-ci ne sera validée par aucune instance neutre. Ils ont l'espoir qu'elle les placera malgré tout en position de force pour négocier un vrai référendum d'autodétermination, dès lundi.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Catalogne Espagne Indépendance
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants