1. Accueil
  2. Actu
  3. International
  4. Indépendance de la Catalogne : à Perpignan, on vote aussi
2 min de lecture

Indépendance de la Catalogne : à Perpignan, on vote aussi

Plus de 500 votants sont attendus à Perpignan pour un vote symbolique sur l'indépendance catalane.

Vote pour l'indépendance de la Catalogne, à Perpignan, le 9 novembre 2014. (archives)
Vote pour l'indépendance de la Catalogne, à Perpignan, le 9 novembre 2014. (archives)
Crédit : RAYMOND ROIG / AFP
La rédaction numérique de RTL & AFP

A la Casa de la Generalitat de Perpinyà, le bureau de représentation catalane espagnole dans cette ville française des Pyrénées, on votait en nombre dimanche 9 novembre pour ou contre l'indépendance de la Catalogne.

"Depuis ce matin, ça ne désemplit pas", s'exclame Marc Soria, employé aux affaires catalanes à la mairie de Perpignan. En fait, à 11H00, deux heures après l'ouverture du bureau, 134 personnes avaient déjà voté, selon les chiffres fournis par un volontaire qui assure la bonne marche du scrutin consultatif, prévu jusqu'à 21H00.

Outre-Pyrénées, dans le nord-est de l'Espagne,les Catalans ont commencé à exprimer leur avis sur l'indépendance de leur territoire dans un vote symbolique puisque Madrid a interdit le référendum. "Ici à Perpignan, cette consultation aura une force politique très grande", juge Francesc Bitlloch, directeur d'école à la retraite, un bi-national venu apporter son soutien à l'indépendance de la Catalogne du Sud et non du Nord.

"Les Catalans sont une nation"

"Non, non ce n'est pas pour changer le statut de la région (nord), mais pour les gens qui se disent Catalans ici, ils auront un pays", ajoute Bitlloch, l'un des quelque soixante électeurs qui faisaient la queue devant le bureau. "Le fait d'avoir un Etat qui défend la langue catalane lui donne un prestige qu'elle n'a pas maintenant", explique-t-il. "Les Catalans sont une nation", clame-t-il.

À lire aussi

Pour Marie Dabau, 85 ans, qui a du mal à se mouvoir sans l'aide d'une volontaire, "c'est un jour historique pour les Catalans". Cette femme arrivée en France à pied le 28 janvier 1939, à l'âge de 10 ans, s'extasie, les larmes dans les yeux. "C'est magnifique, ce n'est jamais arrivé".

Cela dit, cette ancienne vendeuse de chaussures entend voter pour "faire connaître au gouvernement espagnol le nombre de personnes qui veulent voter", puisqu'il le leur a interdit. "Qu'ils disent oui ou non" à l'indépendance, là n'est pas le problème. "Il faut qu'on sache, même à l'international, que le peuple catalan veut voter", ajoute encore cette femme énergique. "Mais, moi je suis sincèrement favorable à l'indépendance", clame toutefois Marie Dabau.

Quelque 500 votants étaient attendus à l'antenne catalane espagnole de Perpignan, mais il y a aussi un bureau ouvert à Paris. Bien sûr, les votes des Catalans français ne compteront pas mais ils sont acceptés comme "votes de solidarité: nuls mais comptabilisés", explique Soria. "Pour qu'un vote soit valable il faut la nationalité espagnole". A l'extérieur du bureau, Soria fait signer une pétition "pour demander que l'Espagne permette des choix démocratiques".

La rédaction vous recommande

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/