2 min de lecture Environnement

Inde : près de 500.000 personnes évacuées à l'approche d'un cyclone

Le cyclone Phailin, accompagné de vents pouvant souffler jusqu'à 240 km/h, pourrait toucher la côté indienne dans la soirée de samedi.

De jeunes Indiens observent alors qu'un cyclone approche de Visakhapatnam, le 12 octobre.
De jeunes Indiens observent alors qu'un cyclone approche de Visakhapatnam, le 12 octobre. Crédit : MANAN VATSYAYANA / AFP
micro générique
La rédaction numérique de RTL
et AFP

Près de 500.000 habitants des côtes orientales de l'Inde ont été évacués samedi 12 octobre à l'approche du très menaçant cyclone Phailin. Le cyclone est accompagné de vents pouvant souffler jusqu'à 240 km/h et pourrait être le plus fort à balayer cette région de l'Inde en 14 ans, avec une montée des eaux de trois mètres qui menace d’inonder les terres côtières.

"La très puissante tempête cyclonique Phailin se déplace de façon menaçante vers la côte", a ainsi déclaré le délégué spécial chargé de l'aide humanitaire pour l'Etat d'Orissa, Pradipta Mohapatra. Localisée à quelque 150 km des terres, elle pourrait atteindre la côte orientale de l'Inde en début de soirée samedi, selon les autorités. Les services météo avaient lancé une mise en garde vendredi contre les conséquences potentiellement dévastatrices du cyclone.

Quelque 300 équipes de médecins de l'armée, d'ingénieurs, de sauveteurs déployées


L'Etat d'Orissa et celui, voisin, de l'Andhra Pradesh étaient déjà battus par des vents qui faisaient se coucher les arbres, plusieurs heures  avant que le cyclone ne touche leurs côtes. La région menacée avait déjà été sinistrée en 1999 par un cyclone qui avait fait plus de 8.000 victimes.

À lire aussi
Des poissons morts (illustration) environnement
Canicule : 10 tonnes de poissons morts ramassées dans le Val-d'Oise

Quelque 440.000 habitants des zones côtières des deux Etats ont été évacués samedi en milieu de journée, a annoncé un responsable de l'agence nationale de gestion des catastrophes, Marri Shashidhar Reddy. Ces personnes, entassées dans des bus et des rickshaws, quittaient leur logement avec leurs biens dans un flot continu jusqu'aux abris d'urgence. Il s'agit pour l'Inde d'un des plus importants mouvements de population jamais organisé, selon le responsable.

A Gopalpur, sur la côte, femmes et enfants ont été les premiers mis à l'abri dans des écoles, abris d'urgence et des édifices publics où leur étaient servis des repas. "Le gouvernement a donné l'ordre d'évacuer de force les gens qui résisteraient", a prévenu de son côté le responsable de l'aide pour l'Orissa. Quelque 300 équipes de médecins de l'armée, d'ingénieurs, de sauveteurs ont été déployées dans les zones les plus à risque, a-t-il ajouté. La Croix-Rouge indienne a également positionné ses équipes de secours et les hélicoptères et avions de l'armée sont en alerte.

Objectif "zéro victime"


Les cultures, dans cette région très dépendante de l'agriculture, pourraient être dévastées. Le centre américain de surveillance des typhons, géré par la Marine, a estimé que les pointes de vente pourraient atteindre 315 km/h tandis qu'il a été classé dans la catégorie des cyclones les plus dangereux par le Tropical Storm Risk britannique.Le gouvernement de l'Orissa, peuplé de 40 millions de personnes, a fixé un objectif de "zéro victime" et de 100% d'évacuation des populations des zones les plus à risque.

Dans l'Etat de l'Orissa, nombre de magasins étaient à court de réserves en raison d'achats de précaution. En 1999, la vitesse des vents accompagnant le cyclone était encore plus élevée. Les autorités s'estiment mieux préparées cette fois, grâce à des prévisions plus fines et à une meilleure anticipation. L'Inde et le Bangladesh sont régulièrement frappés entre avril et novembre par les cyclones qui se développent dans le golfe du Bengale. En 1970, un cyclone avait tué des centaines de milliers de personnes au Bangladesh.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Environnement Info International
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants