2 min de lecture Immigration

Immigration : Éric Ciotti veut une action militaire pour "détruire les embarcations de migrants"

REPLAY - Le député UMP Éric Ciotti s'oppose clairement à la volonté du président de la commission européenne et souhaite tout simplement que les migrants n'entrent plus sur le Vieux Continent.

Pacaud 245x300 RTL Grand Soir Christophe Pacaud
>
Éric Ciotti était l'invité de RTL Grand Soir le lundi 11 mai 2015 Crédit Image : KENZO TRIBOUILLARD / AFP | Durée : | Date : La page de l'émission
Julien Quelen
Julien Quelen
Journaliste RTL

La multiplication des naufrages en Méditerranée, dont le dernier à l'écho international avait fait des centaines de morts au mois d'avril dernier, donnent aujourd'hui lieu à des actions politiques qui ne recueillent pas que des avis concordants.Le député UMP Éric Ciotti s'oppose par exemple à la volonté de Jean-Claude Juncker, le président de la commission européenne, qui souhaite mettre en place des quotas d'accueil de migrants pour que les pays de l'Union Européenne soulagent ceux qui en reçoivent le plus grand nombre. 

Pour le député des Alpes-Maritimes Éric Ciotti, cette décision envoie clairement le mauvais message, puisqu'il donnerait de l'espoir aux migrants qui continueraient d'affluer sur les cotes européennes. Pour lui, la solution est d'empêcher simplement les embarcations clandestines de naviguer. "Pour moi, l'urgence c’est d'empêcher les migrants de venir en Europe. C'est une action vers les pays sources d'immigration (...) Et c'est une action peut-être y compris militaire sur les cotes libyennes pour traquer les passeurs, pour détruire leurs embarcations et pour ne pas laisser rentrer en Europe les migrants", a-t-il ainsi déclaré au micro de RTL

L'exemple de l'Australie évoqué

Pour Éric Ciotti, la solution se trouve donc au départ des migrants et non pas à leur arrivée. En plus des actions militaires qu'il préconise pour les empêcher de prendre la mer, le député UMP évoque la possibilité d'incarcérer les acteurs des mouvements migratoires clandestins. "Il faut aussi peut-être mettre en place des centres de rétention avant qu'ils n'arrivent dans les différents pays". 

Afin de solutionner le problème, Éric Ciotti prend en exemple le système australien qui à défaut d'accueillir les migrants les envoie vers d'autres pays avec lesquels des accords en ce sens sont passés. "Je prends un exemple qui va sûrement soulever des débats et des contestations mais regardons ce qui se fait aujourd'hui en Australie. Le nouveau Premier ministre Tony Abbott a pris le problème à bras le corps. Il y avait 1200 morts en 2013 au large des cotes australiennes et il n'y en a eu quasiment aucun en 2014". 

À lire aussi
Migrants
Manche : 24 migrants secourus en mer et ramenés vers la France

Un exemple qui à coup sûr fera polémique puisque le gouvernement, sous la houlette inflexible de Tony Abbott, exerce une politique radicale contre l'immigration. En octobre 2014, une publicité choquante avait même fait grandement polémique sur l'île de l'hémisphère sud. 

La rédaction vous recommande

 

Lire la suite
Immigration Naufrage Méditerranée
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants