1 min de lecture RTL Info

Il y avait une femme de trop pour l'un des mineurs chiliens...

Aïe, caramba ! C'est le seul petit couac de ce sauvetage incroyable des 33 mineurs chiliens bloqués au fond de la mine depuis 69 jours. A la sortie de la mine, il y avait une femme de trop pour accueillir Yonni Barrios. Il y avait sa femme. Et sa maîtresse.

micro générique
La rédaction numérique de RTL

A voir aussi sur RTL.fr :
- Retour à la lumière du jour pour les mineurs chiliens
- Le sauvetage des mineurs chiliens en vidéos

Baston à gogo. "C'est elle ou moi" a déclaré l'épouse du mineur, qui a refusé d'assister au sauvetage de celui qu'elle avait épousé il y a 28 ans. Forcément, elle venait de se battre sur le camp Espoir contre la maîtresse de son cher et tendre époux. Entre Susana Valenzuela et Marta Salinas, ce fut donc tirage de cheveux et bourre-pifs au menu et petits cris aigus au son de "C'est moi sa vraie femme". Car au Chili, c'est bien connu, la "salsa" monte vite au nez.

C'est finalement la maîtresse, Susana Valenzuela, qui est venu accueillir cet électricien de 50 ans, 21e mineur à retrouver l'air libre après une ascension de 622 m dans une étroite nacelle de secours.

Selon le couple "officiel", ils sont toujours "techniquement" mari et femme, mais ils sont séparés depuis des années et le mineur vit en couple avec Susana Valenzuela. "Je suis heureuse qu'il aille bien, c'est un miracle de Dieu. Mais je ne vais pas regarder le sauvetage. Il m'a demandé, mais il semble qu'il a demandé aussi à l'autre dame et j'ai ma dignité. Une chose est claire: c'est elle ou moi", a déclaré l'épouse au quotidien El Espectador.

Comme quoi on peut être à 622 mètres sous terre et faire toujours des vagues...




Lire la suite
RTL Info International Chili
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants