1. Accueil
  2. Actu
  3. International
  4. "Il n'y aura pas de croissance européenne sans le relais de croissance africaine", assure Jean-Louis Borloo
2 min de lecture

"Il n'y aura pas de croissance européenne sans le relais de croissance africaine", assure Jean-Louis Borloo

INVITÉ RTL / REPLAY - Le fondateur de l'UDI tente de lancer un plan Marshall de l'électricité en Afrique, qui sera, selon lui, également profitable à l'Europe.

Jean-Louis Borloo, le 6 mai 2013
Jean-Louis Borloo, le 6 mai 2013
Crédit : AFP
"Il n'y aura pas de croissance européenne sans le relais de croissance africaine", assure Jean-Louis Borloo
02:19
Romain Renner
Romain Renner

Désormais retiré de la vie politique française, Jean-Louis Borloo poursuit toutefois son engagement. Président de la fondation Énergie pour l'Afrique, l'ancien patron de l'UDI se bat pour lancer un plan Marshall de l'électricité sur ce "continent-frère" de l'Europe.

Si l'Afrique avait 100% d'accès à l'énergie, ce serait 15% de croissance pendant trente ans

Jean-Louis Borloo

"Il n'y aura pas de croissance européenne sans le relais de croissance africaine, assure-t-il. Les économistes le disent : si l'Afrique avait 100% d'accès à l'énergie, ce serait 15% de croissance pendant trente ans. Et on aurait 3% de croissance européenne en plus sur la même période".

Le développement économique contre les violences

Jean-Louis Borloo estime également que le développement de l'Afrique est indispensable pour empêcher la propagation de la violence et des guerres : "Si vous pensez que la jeunesse de l'Afrique, qui hésite entre espoir et révolte, va rester dans des sites où il n'y a pas d'emploi, pas de lumière, qui subissent la déforestation et qu'il ne va rien se passer, c'est une plaisanterie".

C'est dans cette optique que Jean-Louis Borloo revient en France après avoir rencontré 31 chefs d'État africains en deux mois. Son objectif est désormais de réunir les sommes nécessaires au développement de ce projet déjà évoqué il y a quelques années "avec le premier ministre éthiopien".

Près de 250 milliards d'euros à trouver

À lire aussi

"Pour lancer un tel projet, c'est 20/25% de subventions, soit 4 milliards d'euros par an pendant dix ou douze ans. C'est moins que le plan rénovation banlieues, qui était nécessaire. C'est une blague par rapport aux milliards de croissance de PIB que nous allons avoir. Ensuite, il faut des prêts publics ou privés que l'on rembourse, soit 200 milliards d'euros sur dix ans".

Il poursuit : "Nous sommes engagés il y a six ans à 10 milliards d'euros par an et pas 1 euro n'a été mis. On ne va pas rester les bras ballants (...) L'électricité, c'est l'accès à l'eau, la fin de la déforestation, la productivité, le développement économique, l'éducation, la santé..." La fondation de Jean-Louis Borloo bénéficie déjà d'un certain appui de la part de l'État : ses bureaux sont installés près de l'Élysée, avenue de Marigny, à Paris. De grands groupes français sont également prêts à se lancer dans ce projet.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/