3 min de lecture Gouvernement

Huit jours après l'attentat à Nice, François Hollande intensifie l'action française en Irak

Le président de la République a annoncé vendredi à l'issue du Conseil restreint de sécurité et de défense la mise à disposition de l'artillerie française auprès de l'armée irakienne pour lutter contre l'État islamique.

François Hollande à l'issue d'un conseil restreint de défense et de sécurité à l'Élysée, vendredi 22 juillet
François Hollande à l'issue d'un conseil restreint de défense et de sécurité à l'Élysée, vendredi 22 juillet Crédit : AFP
micro générique
La rédaction numérique de RTL
et AFP

Huit jours après l'attentat du 14 juillet à Nice, François Hollande a tenu vendredi 22 juillet un conseil restreint de sécurité et de défense à l'Élysée, le quatrième depuis l'attaque qui a fait au moins 84 morts sur la Promenade des Anglais. Le chef de l'État a fait le point sur l'engagement militaire de la France au Proche-Orient et commenté l'enquête sur la tragédie varoise, apportant à nouveau son soutien au ministre de l'Intérieur, Bernard Cazeneuve, en proie à de vives critiques de l'opposition qui juge le dispositif de sécurité mis en place à Nice insuffisant.

À l'issue d'un entretien avec le ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian, François Hollande a annoncé lors d'un point presse tenu sur le perron de l'Élysée la mise à disposition de l'artillerie française auprès de l'armée irakienne pour lutter contre l'État islamique dans son sanctuaire irako-syrien. 

"J'ai pris la décision dans le cadre de la coalition anti-Daech de mettre à la disposition des forces irakiennes des moyens d'artillerie. Ils seront sur place le mois prochain", a déclaré le chef de l'État. Son entourage a ensuite précisé que "quelques batteries d'artilleries seraient mises à disposition" de l'armée irakienne "avec évidemment des conseillers" pour les manier. Il n'y aura toutefois "pas de gens au contact".

François Hollande a rappelé son annonce, la veille de l'attentat, de l'envoi de plus de soldats pour conseiller les forces irakiennes en lutte contre le groupe État islamique (EI) et du redéploiement du porte-avions Charles de Gaulle au Moyen-Orient. Il a précisé vendredi que ce serait "à la fin du mois de septembre".

Mise en garde contre la stigmatisation de l'islam

À lire aussi
Une manifestation d'étudiants à Lyon, le 12 novembre 2019. manifestations
Hôpitaux, retraites, étudiants... Comment le gouvernement peut répondre aux crises

Devant la presse, le chef de l'État a une nouvelle fois récapitulé l'ensemble des mesures "fermes" qu'il juge avoir mises en oeuvre depuis 2012 dans cette "guerre contre le terrorisme": lois antiterroristes; loi sur le renseignement; réforme de la procédure pénale; état d'urgence pour six mois; retour de l'opération Sentinelle à 10.000 militaires mobilisés ; appel à la réserve opérationnelle de la police et de la gendarmerie (15.000 hommes et femmes mobilisés d'ici la fin du mois); "fermeture des lieux de culte" ; perquisitions ; assignations à résidence; etc.

Le président a rappelé que l'état d'urgence avait, avant l'attentat à Nice, "vocation à être suspendu". Mais "dès lors que l'attentat de Nice a révélé que (la menace) était à un niveau très élevé, l'état d'urgence a été prolongé de six mois" a-t-il justifié, "remerciant l'ensemble des groupes parlementaires au-delà des sensibilités politiques (qui) ont voté ce texte rapidement", adopté définitivement jeudi. 

"L'objectif, c'est expliquer aux Français directement là où on en est, tous les efforts déployés", a décrypté une source à l'Élysée. "On rassemble toutes les forces pour montrer aux Français la sécurité dans laquelle on leur permet de vivre. La lutte contre le terrorisme est absolue".

La même source a relevé que cette lutte "est la responsabilité de l'État mais aussi des Français, tous ensemble, qui doivent être forts, unis". François Hollande a d'ailleurs mis en garde contre le vœu des "terroristes" de "parvenir à une stigmatisation à l'égard d'une religion, l'islam, qui a sa place dans la République. En revanche, l'islamisme, le fondamentalisme, est notre ennemi." François Hollande a "appelé tous les Français à faire bloc dans cette période, pour qu'ils soient unis, pour qu'ils soient forts, c'est ainsi que nous retrouverons la victoire."  

Cazeneuve a "toute la confiance" de Hollande

Autre manière d'essayer de rétablir l'"unité" des Français, un peu plus écornée depuis le 14 juillet, François Hollande a assuré que son ministre Bernard Cazeneuve, très critiqué à droite à cause de la polémique sur le dispositif de sécurité le soir du 14 juillet, bénéficiait de "toute (sa) confiance". Il a promis à nouveau que "toute la vérité" sera faite sur les circonstances de l'attentat.

Le président François Hollande a enfin annoncé que 12 personnes "luttent encore pour leur vie" des suites de l'attentat. Il a reconnu pour la première fois que Mohamed Lahouaiej Bouhlel, au volant d'un poids lourd, avait "prémédité depuis plusieurs semaines" son acte et "bénéficiait de complicités". 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Gouvernement François Hollande Daesh
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants