1. Accueil
  2. Actu
  3. International
  4. Hillary Clinton prend ses distances avec Barack Obama
2 min de lecture

Hillary Clinton prend ses distances avec Barack Obama

Hillary Clinton a quelque peu pris ses distances avec Barack Obama dans ses mémoires dont de premiers extraits ont été diffusés.

Hillary Clinton
Hillary Clinton
Crédit : AFP
La rédaction numérique de RTL & AFP

Dans ses mémoires dont de premiers extraits ont été diffusés jeudi par CBS News, Hillary Clinton prend ses distances avec Barack Obama.  Elle explique notamment qu'elle aurait aimé armer les rebelles syriens, contrairement au président américain.

L'ouvrage de l'ancienne secrétaire d'Etat, intitulé "Hard Choices" ("Des Choix difficiles"), doit sortir mardi aux Etats-Unis, mais CBS News a causé la surprise en en diffusant de premiers extraits dès jeudi.

Le Temps des décisions

Le livre est annoncé comme présentant de nombreux détails sur les coulisses et son rôle au département d'Etat. Pour en assurer la promotion, l'ancienne Première dame doit donner de nombreuses interviews ce weekend et en début de semaine prochaine avant sa sortie officielle mardi.

Mais CBS News a assuré s'être tout simplement procuré un exemplaire du livre en librairie. L'éditeur de Mme Clinton, Simon & Schuster, appartient à CBS Corporation et l'ouvrage doit ensuite être publié mercredi en français sous le titre "Le Temps des décisions", chez Fayard.

À écouter aussi

"Il est rare de trouver la bonne solution aux problèmes épineux. Si ces problèmes sont épineux, c'est justement parce que chaque option envisagée paraît pire que la suivante. Et c'est de plus en plus comme cela que la Syrie est apparue", écrit Mme Clinton au sujet du conflit qui, en un peu plus de trois ans, a fait plus de 162.000 morts.

Une rupture entre Clinton et Obama

Dès les débuts du conflit syrien, elle assure avoir été convaincue qu'armer et former les rebelles était la meilleure des solutions pour contrer les forces de Bachar al-Assad. "L'action et l'inaction comportaient toutes deux des risques élevés, (mais) le président (Obama) était enclin à maintenir les choses en l'état et non à aller plus loin en armant les rebelles", continue l'ancienne chef de la diplomatie américaine.

"Personne n'aime perdre un débat, et j'en fais partie. Mais c'était la décision du président et j'ai respecté ses réflexions et sa décision", écrit-elle. Cet épisode est riche d'enseignements car il illustre une rupture entre  Clinton, dont la candidature à la primaire démocrate en vue de la présidentielle de 2016 est évoquée avec insistance, et le président américain, qui ne parvient plus à enthousiasmer.

La rédaction vous recommande
À écouter aussi

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/