2 min de lecture Grèce

Grèce : la victoire de Syriza a peu d'impact sur les taux d'emprunts

La victoire du parti de gauche radicale n'a eu qu'un impact mesuré sur les taux d'emprunt de la Grèce.

Le leader de Syriza, Alexis Tsipras, juste après la victoire, le 25 janvier 2015.
Le leader de Syriza, Alexis Tsipras, juste après la victoire, le 25 janvier 2015. Crédit : ARIS MESSINIS / AFP
micro générique
La rédaction numérique de RTL
et AFP

La nette victoire du parti anti-austérité Syriza lors des législatives de dimanche en Grèce n'a eu que peu d'impact lundi matin sur les taux d'emprunt du pays qui progressaient légèrement après l'ouverture du marché obligataire.

Vers 8h30 (7h30 GMT), le taux d'emprunt pour les obligations remboursables dans 10 ans était à 8,683%, en hausse modérée. Il valait 8,386% vendredi à la clôture, sur le marché secondaire, où s'échange la dette déjà émise.

Les Grecs ont donné dimanche une victoire historique au parti Syriza, qui ne dispose toutefois pas de la majorité absolue.

Les marchés craignent que la Grèce ne puisse plus rembourser sa dette

Le leader du parti, Alexis Tsipras, entend tourner la page de l'austérité, exigée par la troïka (Banque centrale européenne, Union européenne et Fonds monétaire international) depuis quatre ans en échange de 240 milliards d'euros de prêts pour sauver le pays de la faillite.

À lire aussi
Photo aérienne du camp de Lesbos, prise le 21 juin. Grèce
Grèce : cinquième prolongation du confinement des camps de migrants

Les marchés craignent que le pays ne puisse plus être en mesure de rembourser sa dette et doive en renégocier ses termes.

"La perspective d'une possible restructuration de la dette grecque va peser sur les marchés obligataires", soulignent les stratégistes chez BNP Paribas.

Les taux d'emprunt sont d'autant plus susceptibles de se tendre qu'ils ont nettement reculé la semaine dernière.

Les décisions de la BCE la semaine dernière sont bien plus importantes que les élections en Grèce

BNP Paribas
Partager la citation

En outre, la dette du pays étant en grande majorité aux mains de créanciers publics comme les Etats européens, peu d'investisseurs échangent des obligations grecques, ce qui peut accentuer les mouvements sur le marché.

En revanche, "les effets de contagions aux autres marchés périphériques devraient être très limités et de courte durée", selon BNP Paribas, qui rappelle que pour la zone euro, "les décisions de la BCE la semaine dernière sont bien plus importantes que les élections en Grèce".

La Banque centrale européenne (BCE) a dévoilé jeudi dernier un vaste programme de rachats d'actifs, y compris de la dette publique, ce qui devrait largement soutenir le marché obligataire dans les mois à venir et permettre aux taux d'emprunt des pays de la zone euro de rester très bas.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Grèce Politique Europe
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants