1 min de lecture Turquie

Génocide arménien : Ankara réitère ses menaces de sanction

Ankara ne décolère pas contre Paris. Le ministère turc des Affaires étrangères a "condamné fermement" le vote lundi soir par le Sénat français d'une proposition de loi pénalisant la négation du génocide arménien sous l'Empire ottoman, dénonçant un "acte irresponsable". "La Turquie n'hésitera pas à rapidement mettre en oeuvre comme bon lui semble les mesures prévues" contre la France, souligne un communiqué, dans une référence à de nouvelles sanctions contre la France. Le Premier ministre islamo-conservateur, Recep Tayyip Erdogan, devait s'exprimer ce mardi, lors du discours qu'il prononce chaque semaine devant les députés de son parti. Le chef de la diplomatie française, Alain Juppé, appelle la Turquie au "sang-froid".

Des nationalistes turcs lors d'une manifestation devant l'ambassade française à Istanbul, le 24 décembre 2011
Des nationalistes turcs lors d'une manifestation devant l'ambassade française à Istanbul, le 24 décembre 2011 Crédit : AFP / Bulent Kilic
micro générique
La rédaction numérique de RTL

Quelques heures seulement après l'adoption par le Sénat français de la proposition de loi, Ankara, qui ne reconnaît pas l'existence du génocide arménien, a également menacé de réduire sa présence diplomatique en France.

"Quand je parle de rupture totale des relations diplomatiques, cela comprend mon départ définitif", a déclaré l'ambassadeur de Turquie en France, Tahsin Burcuoglu, à la presse.

"On peut aussi s'attendre à ce que les relations diplomatiques se passent désormais au niveau des chargés d'affaires et non plus au niveau des ambassadeurs." Selon la convention de Vienne sur les relations diplomatiques, le chargé d'affaire correspond à la dernière classe de la mission diplomatique.

Le Sénat français a validé lundi par 127 voix contre 86 le texte que l'Assemblée avait déjà adopté le 22 décembre par un vote à main levée, majorité et opposition y étant largement favorables. La proposition de loi prévoit de punir d'un an d'emprisonnement, d'une amende de 45.000 euros ou des deux à la fois la négation d'un génocide que le Parlement français avait reconnu par une loi adoptée en 2001.

La Turquie voit dans cet empressement un geste en direction des quelque 500.000 Français d'origine arménienne à l'approche des échéances électorales du printemps.

Pour Erevan en revanche, le vote de l'assemblée du Palais du Luxembourg, après celui du Palais-Bourbon, est "la poursuite logique" de la loi reconnaissant le génocide arménien adoptée par la France en 2001.

Lors de l'adoption du texte à l'Assemblée nationale, la Turquie avait rappelé son ambassadeur à Paris et annulé toutes les rencontres politiques, économiques et militaires prévues avec la France ainsi que l'autorisation accordée aux avions de chasse et aux bâtiments de l'armée française d'atterrir ou d'accoster en Turquie.

(Avec dépêches)

Lire la suite
Turquie Arménie Génocide
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants