2 min de lecture États-Unis

Fusillade au Texas : l'US Air Force n'avait pas inscrit le tueur au registre des criminels

La condamnation pour violences conjugales de Devin Patrick Kelley, qui a tué 26 personnes dimanches 5 novembre dans une église au Texas, aurait dû l'empêcher d'acquérir une arme.

Des forces de l'ordre sécurisant les lieux de la fusillade dans une église de Sutherland Spring, au Texas le 5 novembre 2017
Des forces de l'ordre sécurisant les lieux de la fusillade dans une église de Sutherland Spring, au Texas le 5 novembre 2017 Crédit : ERICH SCHLEGEL / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP
Félix Roudaut
Félix Roudaut
et AFP

L'US Air Force aurait-elle pu éviter le drame ? La branche aérienne de l'armée américaine a omis d'informer le FBI de la condamnation de Devin Patrick Kelley pour violences conjugales, a reconnu lundi 6 novembre le Pentagone. Un oubli lourd de conséquences puisque cette information aurait dû empêcher l'homme qui a tué 26 personnes dans une église texane, dimanche 5 novembre, d'acquérir une arme.

"Les informations préliminaires montrent que le délit de violence conjugale de Kelley n'a pas été inscrit au registre du Centre national d'information criminelle (NCIC)", a indiqué Ann Stefanek, une porte-parole de l'armée de l'air américaine. Cette dernière a précisé qu'une enquête a été ouverte pour déterminer si d'autres condamnations avaient pu passer au travers du système d'inscription au registre des criminels.

Condamné à 12 mois de détention

Une directive du Pentagone ordonne en effet au personnel du ministère de communiquer au FBI toute condamnation par une cour martiale pour son inclusion dans les registres du NCIC. Or l'ex-caporal de l'armée de l'air avait été jugé dans une cour martiale en 2012 pour violences contre son épouse et l'enfant de cette dernière. Il a été condamné à 12 mois de détention à la prison militaire de Miramar, en Californie, et libéré en 2014. 

Devin Patrick Kelley avait ensuite été chassé des rangs de l'armée pour mauvaise conduite et rétrogradé au rang de simple soldat. Selon la loi fédérale, il n'avait donc pas le droit d'acheter ou de posséder une arme à feu après cette condamnation, a précisé la porte-parole.

Gifles, coups de pieds et tentative de strangulation

À lire aussi
Naya Rivera, le 16 avril 2016, à Beverly Hills États-Unis
Naya Rivera : le légiste confirme une noyade accidentelle

L'US Air Force a également publié un document de janvier 2013 détaillant les motifs de condamnation du tueur du Texas. Il a été jugé coupable d'avoir frappé sa femme à plusieurs reprises entre juin 2011 et avril 2012, lui donnant des gifles, des coups de pied et tentant de l'étrangler

L'homme a aussi été jugé coupable d'avoir violemment frappé son beau-fils entre avril et juin 2012, d'une force telle qu'elle aurait pu "causer sa mort ou le blesser gravement". Il avait plaidé coupable de ces deux accusations. En revanche, il avait plaidé non coupable d'avoir pointé des armes à feu chargées en direction de sa femme et de l'enfant à deux reprises, en janvier et avril 2012. 

Devin Patrick Kelley s'est suicidé après avoir tenté de fuir les lieux du massacre. Il était entièrement habillé de noir et portait un gilet pare-balles quand il a ouvert le feu vers 11h20 (17h20 GMT), avec un fusil semi-automatique sur la First Baptist Church de Sutherland Springs, un hameau rural du Texas de 400 habitants. Bilan : 26 morts, dont un bébé de 18 mois, et 21 blessés, dont un garçonnet de 5 ans touché à quatre reprises.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
États-Unis Fusillade Fusillade usa
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants