1 min de lecture Fukushima

Fukushima : Greenpeace promet de défier Tepco à son assemblée générale d'actionnaires

Greenpeace met tous les moyens en oeuvre pour défier Tepco au Japon lors de son assemblée générale des actionnaires.

Des militants de Greenpeace font face aux forces de l'ordre devant la centrale de Fessenheim, mardi 18 mars (illustration).
Des militants de Greenpeace font face aux forces de l'ordre devant la centrale de Fessenheim, mardi 18 mars (illustration). Crédit : AFP
Nicolas Marischaël avec sa famille dans son atelier-boutique
La rédaction numérique de RTL
et AFP

Pour pouvoir dire son fait à la compagnie exploitante de la centrale accidentée de Fukushima, la section japonaise de l'organisation écologiste internationale Greenpeace a acheté des actions de Tepco et assistera ainsi à l'assemblée générale des actionnaires ce jeudi.

"Des militants de Greenpeace vont demander à Tepco (Tokyo Electric Power) de faire tous les efforts pour aider les victimes et assainir les lieux", a écrit Greenpeace dans un courriel.

Greenpeace actionnaire

Les membres et bénévoles de l'organisme prévoient de déployer une bannière pour exiger entre autres que Tepco se concentre davantage sur la limitation des rejets d'eau contaminée de Fukushima Daiichi, plutôt que de s'activer dans le but de relancer une autre de ses centrales nucléaires, Kashiwasaki Kariwa (nord-ouest).

"Nous allons demander aux actionnaires de Tepco de soutenir notre action", a insisté Greenpeace. L'organisation dit avoir acheté quelques actions de Tepco (ainsi que de la compagnie de l'ouest Kansai Electric Power et du concepteur de réacteurs Hitachi) pour pouvoir participer à l'assemblée générale des actionnaires et émettre un avis sur les résolutions proposées.

"Le but d'être actionnaire est d'appeler à une société sans énergie nucléaire"

À lire aussi
Un membre de l'AIEA, à la centrale nucléaire de Fukushima au Japon, le 17 février 2015. Fukushima
Fukushima : les autorités vont rejeter l'eau contaminée dans le Pacifique

"Le but d'être actionnaire est d'appeler à une société sans énergie nucléaire", a précisé Greenpeace. L'organisation écologiste réagit à toutes les annonces de Tepco et du gouvernement concernant l'énergie nucléaire en général et l'accident du 11 mars 2011 à Fukushima en particulier, dénonçant dans ce dernier cas une contamination de l'environnement et un manque de moyens efficaces de la part des autorités et de Tepco pour indemniser les victimes et limiter les conséquences du désastre.

Greenpeace s'oppose aussi très vigoureusement à la volonté du gouvernement de droite de Shinzo Abe de remettre en exploitation les réacteurs nucléaires qui auront été jugés sûrs par l'autorité de régulation du secteur sur la base de normes rendues plus sévères après l'accident de Fukushima.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Fukushima Environnement Greenpeace
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants