1 min de lecture Syrie

Frappes alliées contre Daesh : le rythme "sera accéléré", annonce François Hollande

François Hollande a fait savoir que le rythme des frappes alliées contre l'organisation État islamique en Irak et en Syrie serait "accéléré", lors de ses vœux au corps diplomatique.

François Hollande le 7 janvier 2016 à Paris
François Hollande le 7 janvier 2016 à Paris Crédit : MARTIN BUREAU / POOL / AFP
Julien Absalon
Julien Absalon
et AFP

Les frappes aériennes en Irak et en Syrie contre le groupe État islamique vont s'intensifier. François Hollande l'a assuré lors de ses vœux au corps diplomatique qui avaient lieu jeudi 21 janvier. "Le rythme des interventions sera accéléré et la France y prend toute sa part", a-t-il déclaré en précisant que "le pilotage des actions sera également renforcé".

Juste après les attentats du 13 novembre à Paris et Saint-Denis, la France avait déjà renforcé sa lutte contre l'organisation jihadiste en visant notamment son fief situé à Raqqa. Depuis, les pays de la coalition se sont réunis pour "réaffirmer" leur stratégie. "Elle passe par la libération des villes de Raqqa, en Syrie, et de Mossoul, en Irak, parce que c'est là que se situent les centres de commandement de l'État islamique", a observé le chef de l'État. Il est également question de poursuivre les efforts visant à soutenir les forces arabes et kurdes qui combattent Daesh au sol. Selon François Hollande, "c'est nécessaire si nous voulons que ces villes et l'ensemble des territoires syriens et irakiens puissent être libérés".

Le président de la République a tenu à rappeler que la France n'était "l'ennemie d'aucun peuple, d'aucune religion, d'aucune civilisation" tout en désignant "un adversaire" bien précis : "le terrorisme jihadiste" qui "ne se réclame d'un dieu que pour en bafouer le nom et ne poursuit aucune quête que celle de la destruction". Enfin, il s'est voulu quelque peu optimiste sur l'avancée de son combat contre Daesh sans pour autant laisser penser que la menace se délite. "De jour en jour, cette armée terroriste s’affaiblit en perdant du terrain, des ressources et des hommes. Mais elle s'en prend avec encore plus de barbarie à la population civile et fomente des attentats". François Hollande prévient donc : "Sa faiblesse est en fait une forme supérieure d'agressivité".

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Syrie Irak Daesh
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants