2 min de lecture Madagascar

Français lynché à Madagascar : "Il avait peur de mourir", dit le patron de l'hôtel

INFO RTL - Le patron de l'hôtel où résidait Sébastien Judalet, un des hommes tués à Madagascar par une foule, révèle en détail le récit de la nuit d'émeutes. D'après lui, Sébastien Judalet se disait "menacé".


La foule prend en photo le corps en feu d'un homme, le 3 octobre, à Madagascar
La foule prend en photo le corps en feu d'un homme, le 3 octobre, à Madagascar Crédit : AFP / BILAL TARABEY
studio-rtl
La rédaction numérique de RTL
et Thomas Prouteau

Joël Ho-Shing Lone, le patron de hôtel Robinson, a accueilli Sébastien Judalet le 15 septembre. Le Français, '"chauffeur de bus à la RATP", avait un visa de tourisme de 60 jours. Il s'était renseigné sur une possibilité de rabais s'il passait deux mois sur place.

"Menaces de mort"

Depuis ce jour, l'hôtelier voyait le Français aller et venir normalement, même s'il fréquentait des gens à la "mauvaise réputation", notamment un Malgache réputé pour ses arnaques aux touristes, également lynché par la foule jeudi.

Joël Ho-Shing Lone s'était inquiété ces derniers jours, quand le Français était venu se plaindre d'un cambriolage dans sa chambre. Il lui avait certifié qu 'il faisait l'objet de "menaces de mort", mais sans aucune explication à la clé. Il avait finalement changé de chambre.

À lire aussi
Les lémuriens de Madagascar en danger animaux
Madagascar : les lémuriens en danger

L'hôtelier n'a aucune idée de la nature des affaires que menait éventuellement le Français, mais les rumeurs de trafic d'organes lui semblent totalement infondées. "J'ai vraiment du mal à y croire", explique l'hôtelier. D'autant qu'aucun meurtre d'enfant ne s'est produit ces dernières années. Pour Joël Ho-Shing Lone, le mystère reste donc entier.

La rédaction vous recommande
>
Joël Ho-Shing Lone, un malgache d'origine chinoise, est le patron de l'hôtel Robinson où logeait le Français Sébastien Judalet Crédit Média : Thomas Prouteau | Durée : | Date :

Le récit de la nuit

Mercredi soir, après la découverte du corps mutilé d'un garçon de 8 ans à Nosy Be, une foule furieuse se rend d'abord vers la gendarmerie, selon Joël Ho-Shing Lone. Un homme, Malgache, a été arrêté, suspecté du meurtre. Des rumeurs circulent sur un trafic d'organes, qui inclurait également des Européens.

La foule attaque alors les gendarmes et commence à brûler des bâtiments. Mais les gendarmes laissent le suspect s'enfuir, dans des circonstances encore floues. Une connaissance prévient alors Joël Ho-Shing Lone que la foule en colère se rend vers son hôtel : elle a appris que c'est là que réside le Français en relation avec le Malgache.

C'est une catastrophe pour Nosy be, les nouveaux touristes vont déserter l'île

Joël Ho-Shing Lone, patron de hôtel Robinson
Partager la citation

Caché "dans la cave", le patron communique avec son vigile par téléphone. Une première fois, les émeutiers rentrent dans l'hôtel, mais ils réalisent que Sébastien Judalet n'est pas dans sa chambre. Il se rendent alors "en ville", emmenés par "5 ou 6" meneurs. Dans un bar, le "Taxi be", ils tombent sur le Français qui "essaye de s'enfuir".

Il est rattrapé et emmené vers l'hôtel.
Terrorisé, le patron reste caché et reçoit les informations via son téléphone. Les émeutiers semblent convaincus d'un lien entre le Français et le meurtre, puisqu'ils l"auditionnent" pendant plus d'une heure, "mais sans lui mettre la pression."

Autour de 3h30 du matin, un petit groupe se rend dans un hôtel voisin et va chercher Roberto Gianfala, un Franco-italien en relation avec les deux autres hommes. Nouvelle "audition". A 4h15, la foule emmène les deux hommes, "pas ligotés" selon Joël Ho-Shing Lone. C'est vers 6 heures du matin qu'il entend une foule "encore plus nombreuse" repasser sur la route derrière l'hôtel. Le lendemain matin, il apprendra que les deux hommes ont été "battus à mort", lynchés, et leurs corps brûlés. "C'est une catastrophe pour Nosy be", déplore l'hôtelier, les nouveaux touristes vont déserter l'île. Même si les boutiques sont ouvertes et le calme est revenu. Nous sommes traumatisés".

Carte de localisation de Nosy Be
Carte de localisation de Nosy Be Crédit : AFP
La rédaction vous recommande
Lire la suite
Madagascar Faits divers Info
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7765129660
Français lynché à Madagascar : "Il avait peur de mourir", dit le patron de l'hôtel
Français lynché à Madagascar : "Il avait peur de mourir", dit le patron de l'hôtel
INFO RTL - Le patron de l'hôtel où résidait Sébastien Judalet, un des hommes tués à Madagascar par une foule, révèle en détail le récit de la nuit d'émeutes. D'après lui, Sébastien Judalet se disait "menacé".
https://www.rtl.fr/actu/international/francais-lynche-a-madagascar-il-avait-peur-de-mourir-dit-le-patron-de-l-hotel-7765129660
2013-10-04 18:40:00
https://cdn-media.rtl.fr/cache/PicgGxnTjStC_01Wr8CRhg/330v220-2/online/image/2013/1003/7765105415_la-foule-prend-en-photo-le-corps-en-feu-d-un-homme-le-3-octobre-a-madagascar.jpg