2 min de lecture Virus

Fièvre Ebola : plus de 1000 cas et 660 morts

La fièvre hémorragique qui sévit en Afrique de l'Ouest, due au virus Ebola, a déjà fait 660 morts sur près de 1.100 cas. Il n'existe pas de vaccin.

13 personnes sont mortes d'une fièvre d'origine inconnue en RDC, pays qu'a été découvert le virus Ebola.
13 personnes sont mortes d'une fièvre d'origine inconnue en RDC, pays qu'a été découvert le virus Ebola. Crédit : AFP PHOTO / CELLOU BINANI
Nicolas Marischaël avec sa famille dans son atelier-boutique
La rédaction numérique de RTL
et AFP

L'Organisation mondiale de la santé (OMS) a annoncé ce vendredi 25 juillet que le bilan de l'épidémie de fièvre hémorragique en grande partie due au virus Ebola atteignait près de 1.100 cas et 660 morts, dont 28 décès entre les 18 et 20 juillet, dans trois pays d'Afrique de l'Ouest.

"L'OMS et ses partenaires sur le terrain continuent de travailler très dur avec les autorités locales pour essayer de contenir la propagation de la maladie et pour soigner les personnes touchées par l'épidémie", a déclaré un porte-parole de l'Organisation mondiale de la santé, Paul Garwood, au cours d'un point de presse à Genève.

Selon le dernier bilan de l'OMS, qui date du 20 juillet, "660 décès ont été enregistrés, 1.093 cas ont été signalés", a-t-il dit. Par ailleurs, il y a eu 45 nouveaux cas entre les 18 et 20 juillet, dont 28 mortels (4 en Guinée, 11 au Liberia et 13 en Sierra Leone).

La Guinée, le Liberia et la Sierra Leone touchés

La Guinée, d'où l'épidémie est partie, n'est plus le pays le plus affecté. D'après l'OMS, il y a eu au total depuis le début de l'épidémie, 415 cas fièvre hémorragique en Guinée, dont 314 mortels, 224 cas au Liberia, dont 127 mortels, et 454 en Sierra Leone, dont 219 mortels.

À lire aussi
Des enfants dans un gymnase (illustration). Coronavirus France
Coronavirus à Paris : les gymnases seront finalement ouverts aux mineurs en club amateur

Paul Garwoord a souligné qu'un des principaux défis actuellement était le manque de personnel. "Nous sommes en train de fournir un soutien additionnel aux hôpitaux et cliniques", a-t-il souligné. "Nous constatons que beaucoup de ces établissements n'ont tout simplement pas assez de personnel pour fournir le niveau de soins nécessaires pour aider les personnes touchées", a-t-il insisté. L'OMS a pour l'instant déployé quelque 125 personnes dans les trois pays d'Afrique de l'Ouest actuellement touchés par l'épidémie qui s'est déclarée début janvier, a-t-il précisé.

Le virus Ebola, qui provoque des fièvres hémorragiques, tire son nom d'une rivière du nord de l'actuelle République démocratique du Congo (ex-Zaïre), où il a été repéré pour la première fois en 1976. Son taux de mortalité peut aller de 25 à 90% chez l'homme. Ce virus de la famille des filoviridae (filovirus) se transmet par contact direct avec le sang, les liquides biologiques ou les tissus de personnes ou d'animaux infectés.

Il n'y a pas de vaccin homologué contre la fièvre Ebola, qui se manifeste par des hémorragies, des vomissements et des diarrhées.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Virus Afrique Santé
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants