1. Accueil
  2. Actu
  3. International
  4. États-Unis : Trump demande une enquête sur les éventuelles écoutes le concernant
1 min de lecture

États-Unis : Trump demande une enquête sur les éventuelles écoutes le concernant

Il a accusé Barack Obama, son prédécesseur, d'avoir mis les lignes de la Trump Tower sur écoute, avant l'élection du 8 novembre dernier.

Donald Trump le 28 février 2017
Donald Trump le 28 février 2017
Donald Trump insiste et demande au Congrès d'enquêter sur les écoutes téléphoniques
02:42
Donald Trump insiste et demande au Congrès d'enquêter sur les écoutes téléphoniques
02:51
Ambre Deharo & AFP

Le président américain a demandé le dimanche 5 mars au Congrès d'ouvrir une enquête sur les écoutes téléphoniques supposées dont il dit avoir été victime. Il a accusé son prédécesseur, Barack Obama, d'en avoir été l'instigateur et d'avoir mis sur écoute la Trump Tower quelques temps avant l'élection du 8 novembre dernier. Ainsi, le Républicain a demandé à ce que, "dans le cadre de leurs enquêtes sur l'activité russe, les commissions du Congrès sur le renseignement exercent leur autorité de supervision pour déterminer si les pouvoirs d'enquête de la branche exécutive ont été outrepassés en 2016", a déclaré Sean Spicer, le porte-parole de la Maison Blanche, dans un communiqué. 

De son côté, Barack Obama rejette complètement ces accusations, dans lesquelles Donald Trump établissait également un parallèle avec le scandale du Watergate, qui avait conduit à la démission du président Richard Nixon en 1974. "Le président Obama, ni aucun responsable de la Maison Blanche, n'a jamais ordonné la surveillance d'un quelconque citoyen américain", a ainsi indiqué dans un bref communiqué un porte-parole du démocrate.

Tactique de diversion

Les accusations lancées par Donald Trump, sans preuve à l'appui, interviennent alors que l'administration du nouveau président est une nouvelle fois mise à mal. Et ce en raison de nouvelles révélations concernant une possible collusion, pendant la campagne présidentielle et pendant la période de transition, entre des responsables russes et certains membres de l'administration. Ces nouvelles accusations concernent notamment Jeff Sessions, le ministre de la Justice, mais aussi Jared Kushner, le beau-fils de Donald Trump, qui a, selon les informations relayées par le New York Times, rencontré l'ambassadeur russe en compagnie de Mickael Flynn, le désormais ancien conseiller à la sécurité nationale.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/