1. Accueil
  2. Actu
  3. International
  4. États-Unis : pour son retour, Obama a pris soin de ne pas attaquer frontalement Trump
1 min de lecture

États-Unis : pour son retour, Obama a pris soin de ne pas attaquer frontalement Trump

Barack Obama a replongé jeudi 19 octobre dans le bouillonnement des réunions de campagne électorale, dénonçant l'évolution récente de la politique américaine.

Barack Obama le 19 octobre 2017 en Virginie
Barack Obama le 19 octobre 2017 en Virginie
Crédit : AFP / Alex Wong
États-Unis : pour son retour, Obama se garde d'attaquer frontalement Trump
02:59
Philippe Corbé & Loïc Farge

Pour la première fois depuis son départ de la Maison Blanche, Barack Obama est redescendu dans l'arène politique jeudi 19 octobre. Il est allé soutenir deux candidats démocrates à des élections locales, dans le New Jersey et en Virginie. C'était très attendu, parce qu'on allait l'entendre parler de Donald Trump à un micro. Il fait régulièrement des discours, mais plus généraux, pas politiques à proprement parler, devant des banques ou dans des forums internationaux, souvent rémunérés (400.000 dollars le discours). Y compris récemment devant une firme de Wall Street, ce qui a été critiqué.

Tout le monde guettait donc ce qu'allait dire Barack Obama sur son successeur. Il a un peu déçu certains ses supporters qui s'attendaient à une attaque violente contre son successeur. Ils ne sont pas déçus par lui - il y avait d'ailleurs une longue queue devant le meeting en Virginie -, mais il a pris soin de ne pas attaquer frontalement Donald Trump.

Évidemment quand il dit : "Nous rejetons une politique de divisions, une politique de peur !", tout le monde comprend qu'il parle de Trump, mais il ne veut pas redevenir un acteur politique. Jusqu'à présent, il a seulement envoyé des tweets ou des communiqués sur des points très précis de l'action du président. Sur l'immigration, par exemple, pour rappeler les valeurs de l'Amérique.

En fait Barack Obama sait que Donald Trump n'attend que ca, que son prédécesseur l'attaque, polémique avec lui. D'ailleurs Trump critique régulièrement Obama, et même plus. Il l'a quand même accusé - sans preuve - de l'avoir fait espionner et écouter pendant la campagne. Trump aimerait polémiquer avec Obama, et ce dernier prend soin de ne pas tomber dans le piège.

La rédaction vous recommande
À écouter aussi

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/