2 min de lecture États-Unis

États-Unis : Monica Lewinsky prend à son tour la défense de Barron Trump

Lundi, Chelsea Clinton avait déjà volé au secours du plus benjamin de la famille Trump, âgé de 10 ans, victime de moqueries.

Barron Trump en compagnie de son père Donald pendant la campagne électorale
Barron Trump en compagnie de son père Donald pendant la campagne électorale Crédit : JOHN MOORE / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP
Ambre Deharo
Ambre Deharo

Monica Lewinsky vole à son tour au secours de Barron Trump, le petit dernier de la famille du milliardaire. Sur Twitter, l'ancienne maîtresse de Bill Clinton, très impliquée dans la lutte contre le harcèlement en ligne, a rappelé que "tous les enfants, dont Barron Trump, doivent être protégés du harcèlement et des moqueries". Rappelant par la même occasion qu'il était du devoir des Américains d'être "meilleurs" dans leur comportement. 

Aux États-Unis, la "tradition" veut qu'après une élection présidentielle, les médias et l'opinion publique laissent, autant que possible, en dehors de leurs critiques les enfants mineurs de la nouvelle "First" famille. À dix ans, Barron Trump emménagera donc prochainement à la Maison Blanche, comme Malia et Sasha Obama avant lui. Les deux fillettes ont été relativement épargnées après l'entrée en fonction de leur père en 2009, mais ce n'est pas le cas de Barron Trump. Le fils de Melania et Donald Trump est devenu depuis plusieurs jours la cible de moqueries sur internet. Tout était parti de quelques vidéos circulant sur les réseaux sociaux sur lesquelles le jeune Barron manifestait, selon les internautes, un comportement "bizarre". Certains évoquant même la possibilité qu'il soit autiste.

La sortie de Chelsea Clinton

Une des auteures de la célèbre émission Saturday Night Live, Katie Rich, s'est notamment lâchée sur Twitter. "Barron sera le premier enfant scolarisé à la maison à faire une fusillade", écrivait-elle le 20 janvier dernier, dans un message effacé depuis. La jeune femme a été "suspendue indéfiniment" de son poste, et s'est excusée par la suite de sa missive. Elle n'a pas été la seule à s'en prendre au plus jeune de la famille Trump sur les réseaux sociaux. La prise de position de Monica Lewinsky rejoint ainsi celle de Chelsea Clinton qui a elle aussi pris la défense de Barron Trump en début de semaine. "[Il] mérite, comme tous les enfants, d'avoir la chance d'être un gamin", avait-elle ainsi écrit sur son compte Twitter. Elle-même n'avait que 12 ans lorsque son père a pris ses fonctions en 1993.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
États-Unis Donald Trump Famille
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants