2 min de lecture États-Unis

États-Unis : maintien des sanctions contre la Russie tant que la Crimée sera annexée

La nouvelle ambassadrice de l'administration Trump a demandé à la Russie et aux séparatistes de respecter "la souveraineté et le territoire de l'Ukraine".

Un homme armé dans les rues de Pérévalné, en Crimée, en mars 2014 (Archives).
Un homme armé dans les rues de Pérévalné, en Crimée, en mars 2014 (Archives). Crédit : AFP / ALEXANDER NEMENOV
Eleanor Douet
Eléanor Douet
et AFP

Les sanctions contre la Russie resteront en place "jusqu'à ce que la Russie redonne le contrôle de la péninsule (de Crimée) à l'Ukraine", a déclaré jeudi 2 février l'ambassadrice des États-Unis à l'ONU Nikki Haley devant le Conseil de sécurité. L'ambassadrice, qui n'a présenté ses lettres de créances que la semaine dernière, a jugé "malheureux" que pour sa première prise de parole devant le Conseil de sécurité elle ait dû "condamner les actions agressives de la Russie". "Les États-Unis se tiennent aux côtés du peuple ukrainien qui souffre depuis presque trois ans sous l'occupation et l'intervention militaire russe", a lancé l'ancienne gouverneure de Caroline du Sud.

"Tant que la Russie et les séparatistes qu'elle soutient ne respecteront pas la souveraineté et le territoire de l'Ukraine, cette crise va se poursuive", a-t-elle souligné. Cette première intervention était très attendue pour tenter de jauger quelle sera l'attitude de la toute jeune administration Trump envers la Russie, alors que le nouveau président s'est montré très conciliant envers Moscou et le président Vladimir Poutine.

Les relations entre Washington et Moscou se sont brutalement dégradées pendant la présidence de Barack Obama après l'annexion de la Crimée par la Russie en 2014, mais aussi après l'intervention militaire russe en Syrie, en soutien au régime de Bachar al-Assad. Donald Trump et Vladimor Poutine se sont promis de les améliorer notamment lors d'un long entretien téléphonique samedi et si l'on en croît les compte-rendus officiels le sujet très délicat des sanctions économiques avait été évité.

Regain de violence en Ukraine

Dans le même temps, les combats ont redoublé entre séparatistes pro-Russes et soldats ukrainiens dans l'Est de l'Ukraine. Le président ukrainien Petro Porochenko a appelé à faire pression sur Moscou au cinquième jour de combats, Vladimir Poutine accusant en retour Kiev d'avoir orchestré la reprise des hostilités.

À lire aussi
Le Capitole, qui abrite le Congrès américain à Washington DC, le 11 mars 2014 (archives). diplomatie
États-Unis : le Congrès reconnaît le génocide arménien, la Turquie réagit

Ces affrontements, les plus violents depuis une trêve obtenue en décembre, sont aussi les premiers depuis l'investiture du président américain Donald Trump, qui prône un rapprochement avec la Russie accusée par Kiev et l'Union européenne de soutenir militairement les séparatistes. Lors d'un entretien téléphonique avec son homologue slovaque Andrej Kiska, Petro Porochenko a accusé "les soldats russes" de tirer sur Avdiïvka, au cœur des combats depuis dimanche, appelant le monde à être "plus actif dans sa pression sur la Russie pour obtenir un cessez-le-feu".

Vladimir Poutine lui a répondu au cours d'une conférence de presse avec son homologue hongrois Viktor Orban à Budapest, accusant l'armée ukrainienne d'avoir déclenché les affrontements et "avancé de 200 mètres dans le territoire contrôlé par les milices" avant d'en être repoussé. Les autorités ukrainiennes cherchent "à travers ce conflit" à "établir des relations" avec l'administration Trump, a déclaré le président russe. "C'est beaucoup plus facile ainsi de mettre l'administration (américaine) actuelle au courant des problèmes ukrainiens", a-t-il ajouté. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
États-Unis Russie Crimée
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants