1. Accueil
  2. Actu
  3. International
  4. États-Unis : les températures élevées surprennent les Américains
2 min de lecture

États-Unis : les températures élevées surprennent les Américains

À New York, où il fait 20 degrés, le froid se fait attendre. À Washington, des fleurs bourgeonnent, anticipant le printemps.

Les douces températures ont des conséquences économique sur les grands magasins.
Les douces températures ont des conséquences économique sur les grands magasins.
Crédit : TIMOTHY A. CLARY / AFP
Philippe Corbé

Baby it’s cold outside, ("Bébé il fait froid dehors") est l’un des chants de Noël les plus populaires aux États-Unis. Comme chaque hiver, on l’entend à la radio, dans les publicités à la télévision ou dans les haut-parleurs des magasins. Elle est interprétée par Lady Gaga et Tony Bennett pour les libraires Barnes & Noble.

Sauf que, dans les rayons, les clients qui l’écoutent sont parfois en shorts et en tongs car, non, il ne fait pas froid dehors. Dans le Nord Est, on observe près de 20 degrés ces derniers jours à New York, où le thermomètre ne devrait pas dépasser les 3 degrés, et où la neige recouvre souvent les décorations de Noël. Il n’avait jamais fait aussi chaud à New York mi-décembre depuis 1923, selon le National Weather Service. À Washington, un peu plus au sud, des fleurs bourgeonnent, anticipant le printemps.

Des conséquences économiques

À Chicago, où les hivers sont rudes, la ville s’échauffe encore un peu plus en admirant le corps d’Adonis d’Ethan, un jeune homme surpris par une équipe de télévision pendant son jogging nocturne torse nu et ravi de profiter de l’occasion pour faire savoir qu’il est célibataire. Cette année, les habitants de la Côte Est n’ont pas à jalouser ceux de Californie, où le climat méditerranéen garantit un hiver très doux. 

C’est même l’inverse : les privilégiés de la première de Star Wars à Los Angeles lundi soir, ou les passionnés de politique venus à Las Vegas ce mardi soir pour le débat républicain, se plaignent d’une fraîcheur inhabituels. La douceur du Nord Est dure en fait depuis plusieurs semaines (des records de températures ont déjà été battus à New York en novembre) comme si l’été indien ("Une saison qui n’existe que dans le Nord de l’Amérique", chantait Dassin) jouait les prolongations.

À lire aussi


Les grands magasins, dont Macy’s ou Gap, déplorent de mauvaises ventes, selon le site spécialisé AdAge.com. Planalytics qui mêle données météorologiques et économiques estime que cette douceur a fait perdre au secteur du commerce 185 millions de dollars au mois de novembre et 158 millions de dollars pour les deux premières semaines de décembre (-22 % pour les chauffages d’appoint ; -13% pour les bottes ; -11 % pour les accessoires d’hiver ; -8% pour les pantalons hommes). Selon Adage, les entreprises adaptent aussi leurs stratégies publicitaires. Les soupes Campbell, popularisées dans le monde entier par Warhol, investissent moins cet hiver dans les écrans, là où il fait trop doux pour avoir envie de se réchauffer avec une soupe brûlante. 

La rédaction vous recommande

.

À écouter aussi

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/