1. Accueil
  2. Actu
  3. International
  4. États-Unis : le policier ayant tué un enfant de 12 ans armé d'un faux pistolet relaxé
2 min de lecture

États-Unis : le policier ayant tué un enfant de 12 ans armé d'un faux pistolet relaxé

Les autorités américaines ont indiqué lundi qu'elles ne poursuivraient pas le policier qui en 2014 avait abattu un enfant de 12 ans armé d'un pistolet-jouet.

Une voiture de police américaine (illustration).
Une voiture de police américaine (illustration).
Crédit : MIKE STONE / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP
Julien Quelen & AFP

Le 22 novembre 2014, deux policiers étaient intervenus dans un square de Cleveland (Ohio) après avoir reçu le signalement d'un individu armé sur place. L'un des deux agents avaient alors ouvert le feu, tuant le jeune Tamir Rice de deux balles dans l'abdomen. Lundi 28 décembre, les autorités américaines ont annoncé que le policier ne serait pas poursuivi en justice. "En se fondant sur les éléments de preuve qu'ils ont consultés et sur le recours à la force létale par la police dans le cadre de la loi, le grand jury a décidé de ne pas retenir de charges pénales", a ainsi fait savoir le procureur Tim McGinty. 

Le fait divers avait secoué l'opinion publique pendant plusieurs semaines en raison de l'indignation de nombreux américains contre l'impunité dont bénéficient, selon elle, certains policiers blancs impliqués dans la mort de Noirs. Un an après les faits, le bureau du procureur avait conclu que la décision du policier de tirer était justifiée en raison de la menace que pouvait éventuellement représenter Tamir Rice. "Il serait déraisonnable et irresponsable que la loi exige d'un policier d'attendre pour vérifier qu'une arme est bien réelle", a ajouté le procureur McGinty après que le grand jury se soit rangé derrière la décision initiale. 

Une décision délivrée dans un climat de tension aux États-Unis

De son côté, la famille du jeune garçon, qui souhaitait une condamnation des deux policiers Timothy Loehmann et Frank Garmback, espère désormais une intervention du ministère de la justice. John Kasich, le gouverneur de l'Ohio candidat à la primaire républicaine pour l'élection présidentielle, a pour sa part appelé les habitants au calme. "Je suis bien conscient qu'après cette décision beaucoup de gens vont se demander si justice a été rendue. Mais nous serons tous perdants si nous cédons à la colère et à la frustration et si nous les laissons nous diviser", a-t-il ainsi fait savoir dans un communiqué. 

La décision intervient en effet dans un climat de tension aux États-Unis après les émeutes survenues au printemps dernier. Il y a quinze jours, le procès des policiers accusés de la mort du jeune noir Freddie Gray a été repoussé à une date ultérieure, les jurés ne parvenant pas à s'accorder sur les faits. 

La rédaction vous recommande
À écouter aussi

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/