1. Accueil
  2. Actu
  3. International
  4. États-Unis : la mort d'un homme noir abattu par les policiers déclenche des émeutes
2 min de lecture

États-Unis : la mort d'un homme noir abattu par les policiers déclenche des émeutes

Après le décès de Keith Lamont Scott, à Charlotte, la police a été prise pour cible. Douze agents ont été blessés.

Une femme manifeste contre la violence des policiers contre les noirs américains aux États-Unis
Une femme manifeste contre la violence des policiers contre les noirs américains aux États-Unis
Crédit : KENA BETANCUR / AFP
Michael Ducousso & AFP

La mort d'un noir américain abattu par un policier, lui aussi noir, à Charlotte, ravive les tensions aux États-Unis. Douze policiers ont été blessés, mardi 20 septembre, lors d'affrontements survenus après ce décès, selon les autorités locales. D'après les médias, un nombre indéterminé de civils a également été blessé lors des heurts.

Tout a commencé après la mort de Keith Lamont Scott, âgé de 43 ans. Des manifestants se sont rapidement rassemblés près du lieu où il a été abattu en brandissant des pancartes arborant le fameux slogan "Black Lives Matter", "les vies des Noirs comptent", et en scandant "Pas de justice, pas de paix". Lors des affrontements qui ont suivi, "environ 12 policiers ont été blessés, dont un touché à la tête par une pierre, a indiqué dans un tweet la police de Charlotte-Mecklenberg. Ces policiers ont été blessés alors "qu'ils protégeaient notre communauté lors d'une manifestation".

Une nouvelle bavure policière à l'origine de la mort de Keith Lamont Scott ?

La chaîne locale WSOC-TV a précisé que la police avait eu recours notamment à des armes anti-émeutes et à du gaz lacrymogène pour essayer de contenir la colère de la foule. Plusieurs véhicules de police ont été attaqués et endommagés, selon les autorités.

Responsable de la mort de Keith Lamont Scott, le policier noir Brentley Vinson a été suspendu de ses fonctions. Selon la chaîne de télévision locale, il faisait partie d'un groupe de policiers mandatés pour arrêter un suspect. Keith Lamont Scott, qui n'était pas cette personne recherchée, était dans une voiture sur un parking d'immeuble et était en possession d'une arme à feu, selon la police. Ses proches ont en revanche affirmé qu'il n'avait qu'un livre à la main. La discussion s'est envenimée et les policiers ont affirmé s'être sentis menacés par Keith Lamont Scott jusqu'à ouvrir le feu.

À écouter aussi

La maire de Charlotte, Jennifer Roberts, a appelé les habitants de la ville au calme. Cette affaire "mérite des réponses et une enquête complète va être menée", a-t-elle promis sur Twitter, en indiquant vouloir travailler à ce sujet avec les responsables de la communauté noire. Les tensions raciales ont été ravivées aux États-Unis depuis deux ans par une succession de bavures et violences policières, la plupart du temps envers des hommes noirs non armés.

La rédaction vous recommande
À lire aussi

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/