1. Accueil
  2. Actu
  3. International
  4. États-Unis : la menace qui a fait fermer les écoles de Los Angeles était probablement "un canular"
2 min de lecture

États-Unis : la menace qui a fait fermer les écoles de Los Angeles était probablement "un canular"

D'après les premiers éléments de l'enquête, les menaces qui ont fait fermer les écoles de Los Angeles mardi 15 décembre semblent relever d'un canular.

La police de Los Angeles devant les écoles, mardi 15 décembre 2015
La police de Los Angeles devant les écoles, mardi 15 décembre 2015
Crédit : AFP
Julien Quelen & AFP

La frayeur ambiante relative aux récents événements terroristes, en France ou aux États-Unis, donne lieu à des événements étranges. Après qu'un instituteur d'Aubervilliers a inventé une agression revendiquée au nom de l'État islamique, des menaces interprétées comme sérieuses ont poussé les autorités américaines à fermer toutes les écoles de Los Angeles mardi. Pourtant, il pourrait de nouveau s'agir d'une fausse alerte, orchestrée comme un canular. 


"L'enquête sur la menace reçue par le rectorat (LAUSD) est toujours en cours. Les évaluations préliminaires laissent penser qu'il s'agissait d'un canular pour perturber les écoles des grandes villes", a ainsi déclaré un parlementaire américain sur son compte Twitter. 

1.000 écoles fermées

Alors que New York avait également reçu des menaces du même genre, le rectorat de Los Angeles, prônant la prudence maximale, avait pris la décision de fermer les portes de 1.000 écoles, renvoyant chez eux quelque 640.000 élèves. "Au vu des circonstances passées, je ne pouvais pas prendre de risques, qu'il s'agisse d'un élève ou du personnel" des écoles, a justifié le directeur du rectorat de Los Angeles Ramon Cortines lors d'une conférence de presse. 

Même si les investigations se poursuivent, il apparaît désormais que la menace n'en soit pas réellement une. Sur CNN, le représentant démocrate Brad Sherman avait indiqué que "la personne qui a proféré les menaces se revendique comme un jihadiste extrémiste musulman" prêt à "mettre en oeuvre de terribles actions" avec "32 complices". D'après plusieurs médias américains dont le Los Angeles Times, l'adresse IP des emails menaçants serait localisée à Francfort, en Allemagne. 

À lire aussi

Selon un récent sondage Wall Street Journal / NBC News, 40% des personnes interrogées jugent que la sécurité nationale et le terrorisme devraient être la priorité du gouvernement, et un quart d'entre elles ont peur que leur famille soit touchée par un attentat. Ces nouvelles menaces - fictives ou non - interviennent dans un climat de peur instillé moins de deux semaines après la fusillade terroriste de San Bernardino, en Californie, revendiquée par l'État islamique, au cours de laquelle 14 personnes ont trouvé la mort. 

La rédaction vous recommande
À écouter aussi

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/