1 min de lecture États-Unis

États-Unis : l'échec de l'exécution d'un condamné à mort crée la polémique

L'État de l'Ohio a dû suspendre sa tentative d'exécuter un condamné de 69 ans gravement malade. Les agents pénitentiaires ne parvenant pas à lui trouver une veine permettant la perfusion.

La chambre d'exécution d'une prison de Géorgie aux États-Unis
La chambre d'exécution d'une prison de Géorgie aux États-Unis Crédit : ERIK S. LESSER / GETTY IMAGES / AFP
Martin Planques
Martin Planques et AFP

Alva Campbell, condamné à la peine capitale aux États-Unis pour le meurtre d'un jeune homme de 18 ans en 1997, a été soumis à une véritable séance de "torture" mercredi 15 novembre. L'État américain de l'Ohio a dû suspendre la tentative d'exécuter l'homme de 69 ans gravement malade. Les agents pénitentiaires ne sont pas parvenus à lui trouver une veine permettant l'injection létale.

L'Union américaine pour les libertés civiles (ACLU) de l'Ohio a dénoncé dans un communiqué la séance de "près de deux heures de torture" infligée au détenu, qui avait été transporté en fauteuil roulant jusqu'à la salle d'exécution. Durant de longues minutes, les agents ont tenté de poser sur un bras ou une jambe du prisonnier un cathéter veineux, afin d'administrer l'injection létale, selon des journalistes locaux témoins de la scène.

Ils ont finalement renoncé, un événement rarissime dans les annales des exécutions en Amérique. "Les tentatives de pose d'une intraveineuse se sont soldées par un échec. Une nouvelle date d'exécution va être fixée", a confirmé JoEllen Smith, la porte-parole des services pénitentiaires de l'État.  "C'est un jour que je n'oublierai jamais", a ensuite confié le condamné, selon son avocat David Stebbins cité par le Dayton Daily News

L'État a tourné en spectacle la vie d'un homme

Mike Brickner, un responsable de l'ACLU
Partager la citation

"Il s'agit de la cinquième exécution ratée en Ohio en quelques années, et c'est la deuxième fois que l'État n'arrive pas à aller jusqu'au terme d'une exécution. Ce n'est pas ça la justice et ce n'est pas humain", a commenté Mike Brickner, un responsable de l'organisation ACLU. "Aujourd'hui, l'État a tourné en spectacle la vie d'un homme", a-t-il poursuivi, en appelant l'Ohio à déclarer un moratoire sur la "pratique cruelle" des injections létales.

À lire aussi
Un drapeau de l'Iran (illustration) Iran
Manifestations en Iran : "C'est une désespérance qui s’exprime", dit un spécialiste

L'exécution avortée d'Alva Campbell conforte les militants contre la peine de mort, qui dénonçaient un acte "barbare" et avaient appelé le gouverneur de l'Ohio, John Kasich, à épargner la vie du détenu.  

La rédaction vous recommande
Lire la suite
États-Unis Peine de mort Exécution
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants