1. Accueil
  2. Actu
  3. International
  4. États-Unis : Fox News accusée d'avoir propagé une fake news à la demande de Trump
2 min de lecture

États-Unis : Fox News accusée d'avoir propagé une fake news à la demande de Trump

Un consultant accuse la chaîne américaine d'avoir inventé ses citations pour accréditer une conspiration mettant en cause le parti Démocrate.

Donald Trump à Varsovie (illustration)
Donald Trump à Varsovie (illustration)
Crédit : NPF/WENN.COM/SIPA
Marie Zafimehy

Après avoir avoué avoir dicté le récit de son fils concernant sa rencontre avec une avocate russe, Donald Trump aurait également demandé à la chaîne américaine Fox News de diffuser une "fake news". Un des consultants de la chaîne l'accuse de lui avoir attribué des citations inventées pour lier - à tort - la mort par balles de Seth Rich, un employé du parti démocrate, à la publication de documents Wikileaks compromettants pour le parti démocrate.

Selon le site internet de Fox News, pendant la campagne électorale, Seth Rich aurait divulgué via Wikileaks des e-mails du parti Démocrate, qui aurait décidé de l'assassiner en représailles. Rod Wheeler, consultant sur les questions de sécurité et de police pour la chaîne conservatrice, l'accuse d'avoir complètement inventé cette histoire et les citations qu'elle lui attribue pour accréditer cette théorie du complot. 

La police ainsi que le famille de Seth Rich, tué par balles à la mi-juillet à proximité de son domicile à Washington, ont formellement démenti les faits. Les parents du jeune homme ont également dénoncé "l'exploitation" de la mort de leur fils.

Une "fake news" commandée par Donald Trump

Rod Wheeler accuse également la chaîne de télévision conservatrice d'avoir propagé cette "fake news" à la demande du Président américain. Celui-ci aurait souhaité faire diversion alors qu'il venait de limoger le chef du FBI James Comey dans le cadre de l'affaire de l'ingérence russe dans la campagne électorale de 2016. 

À écouter aussi

Selon Rod Wheeler, la journaliste de Fox News auteure de l’article a également travaillé en collaboration avec un autre consultant de la chaîne, proche de l’équipe de Donald Trump, Ed Butowsky. Citant un SMS de Ed Butowsky, le consultant affirme que Donald Trump lui-même aurait lu l’article avant sa publication et aurait demandé qu’il soit mis en ligne, quelques heures avant la publication.

Le consultant affirme qu’il a ensuite été reçu, avec Ed Butowsky, à la Maison Blanche par le porte-parole d'alors Sean Spicer, un mois avant la mise en ligne de l’article pour faire le point. Sean Spicer a confirmé la rencontre à la radio nationale américaine NPR, mais jure que le président n’était pas au courant. Une information certifiée par la nouvelle porte-parole, Sarah Huckabee Sanders : "Le président n’a pas connaissance de l’histoire et il est complètement faux (de dire) que lui ou la Maison Blanche aient été impliqués", a-t-elle commenté mardi.

Diffusé à la mi-mai 2017, l’article a été repris dans l’émission télévisée Fox and Friends et surtout par la star de la chaîne, Sean Hannity. L'animateur, soutien manifeste de Donald Trump, déclare notamment : "Si Seth Rich a bien donné les emails à WikiLeaks, ça démonte complètement le fil narratif de la collusion avec la Russie". Quelques jours après avoir mis l’article en ligne, Fox News l’a retiré, expliquant qu’il n’avait pas été soumis à "l’examen éditorial le plus exigeant" et ne respectait pas les "standards" de la chaîne en matière d’information.

La rédaction vous recommande
À lire aussi

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/