2 min de lecture États-Unis

Etats-Unis : fermeture de Silk Road, "eBay de la drogue"

Le gouvernement a saisi l'équivalent de 3,6 millions de dollars en monnaie virtuelle "bitcoin".

Un joint géant (illustration)
Un joint géant (illustration) Crédit : MARTIN BERNETTI / AFP
micro générique
La rédaction numérique de RTL
et AFP

La justice américaine a fermé le site clandestin Silk Road, souvent présenté comme "l'eBay de la drogue" parce qu'il permettait à ses utilisateurs d'acheter des stupéfiants en ligne en échange de monnaie virtuelle, et a arrêté son propriétaire.

Ross William Ulbricht, 29 ans, propriétaire et fondateur de ce site de marché noir, a été arrêté mardi à San Francisco et sera présenté mercredi devant un tribunal fédéral de cette ville, peut-on lire dans un document du ministère de la Justice. Le gouvernement a saisi l'équivalent de 3,6 millions de dollars en monnaie virtuelle "bitcoin", soit environ 26.000 bitcoins, "la plus grosse saisie de bitcoins jamais effectuée".

Héroïne, cocaïne, LSD, métamphétamines...


Le site Silk Road, que le ministère décrit comme "un vaste marché en ligne responsable de la distribution de centaines de kilos de drogues illégales et d'autres produits et services illicites", a été fermé. A son adresse, ses utilisateurs ne trouvent plus qu'une pancarte à l'entête du FBI et du département de la Justice, annonçant: "Ce site caché a été saisi par le Bureau fédéral d'investigation".

À lire aussi
Malcom X (illustration) États-Unis
Une série Netflix entraîne la rouverture de l'enquête sur l’assassinat de Malcolm X

Selon les documents judiciaires, Ulbricht faisait fonctionner depuis janvier 2011 ce site sur lequel les internautes pouvaient acquérir de l'héroïne, de la cocaïne, du LSD et des métamphétamines, ainsi que des logiciels destinés à déverrouiller des ordinateurs personnels ou voler des mots de passe. Le parquet de New York estime en outre que le suspect a tenté en mars de recruter quelqu'un pour abattre un utilisateur de Silk Road qui menaçait d'exposer les identités d'autres clients du site clandestin.

"Massif blanchiment d'argent"


"Le site Silk Road a servi de vaste marché noir, où des drogues et services illicites étaient régulièrement achetés et vendus par ses utilisateurs", a renchéri l'agent spécial du FBI Christopher Tarbell, dans la plainte déposée devant un tribunal fédéral de New York. Le site était conçu pour "faciliter le commerce illicite" en assurant "l'anonymat à ses usagers" au moyen d'un routeur connu sous le nom d'"onion router" qui "rendait presque impossible de localiser les ordinateurs hôtes", et en exigeant que toutes les transactions soient payées en monnaie virtuelle.

Les autorités américaines ont également pu se saisir du domaine ".onion" ainsi que des portefeuilles de bitcoins qui leur permettront de percevoir l'argent des transactions en cours, selon la plainte. Un document du juge Paul Oetken du tribunal fédéral de New York précise que le propriétaire de Silk Road est soupçonné d'un "massif blanchiment d'argent", équivalent à des centaines de millions de dollars dérivés de ces transactions illégales. Sur sa plainte, le procureur fédéral de New York Preet Bharara souligne que le site "devenu l'un des marchés criminels les plus sophistiqués et des plus étendus sur internet aujourd'hui" a été utilisé par "plusieurs milliers de dealers de drogue et autres vendeurs dans l'illégalité" pendant ses deux ans et demi d'activité.

13.000 produits illicites


Quelque 13.000 produits illicites étaient classés par catégories telles que "cannabis", "ecstasy", "stimulants", "sur ordonnance", vendus en général en petites quantités. Silk Road prenait une commission pour chaque transaction et fournissait nombre de conseils pour échapper à la justice. Le manège avait pu être découvert au moyen d'une surveillance en place depuis novembre 2011, plus de 100 agents travaillant sous couverture ordonnant des achats de drogue jusqu'à livraison, des échantillons ayant ensuite été testés en laboratoire pour en vérifier la composition.

L'enquête a montré que la drogue, "d'une grande pureté" provenait de vendeurs résidant dans plus de dix pays européens, comme les Pays Bas, le Royaume-Uni, la France, l'Espagne, ou encore des Etats-Unis et du Canada.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
États-Unis Drogue Info
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants