2 min de lecture Politique

Etats-Unis : Donald Trump entretient le flou autour du départ de Rex Tillerson

Le président américain continue d'alimenter les rumeurs sur le remplacement prochain à la tête de la diplomatie américaine.

Rex Tillerson et Donald Trump, le 20 septembre 2017 à New York
Crédit Image : AFP / BRENDAN SMIALOWSKI

Les heures de Rex Tillerson à la Maison Blanche sont-elles comptées ? Donald Trump évite les questions sur le remplacement de son secrétaire d'État. Selon le New York Times, la Maison Blanche travaille sur un remaniement en ce sens qui pourrait intervenir "dans les semaines à venir" et qui verrait l'actuel directeur de la CIA Mike Pompeo prendre les rênes de ce prestigieux ministère. 

Le président américain a laissé passer, jeudi 30 novembre, l'occasion d'afficher sa confiance envers son bras droit Rex Tillerson, alimentant les rumeurs sur son remplacement prochain à la tête de la diplomatie américaine. Interrogé dans le Bureau ovale, Donald Trump n'a ni confirmé ni démenti cette information, révélée par le New York Times au moment où les relations entre les États-Unis et la Corée du Nord se gèlent un peu plus.

"Il est ici. Rex est ici", a simplement répondu le président américain, laissant planer le doute sur ses intentions. Les relations entre Donald Trump et Rex Tillerson, qui peine clairement à trouver sa place à Washington, sont notoirement difficiles, et le départ de ce dernier fait l'objet de spéculations récurrentes. 

Aucune annonce officielle

"Il n'y a pas d'annonces à ce stade", s'est bornée à souligner la porte-parole de la Maison Blanche Sarah Sanders, assurant que l'ancien homme fort d'ExxonMobil était, comme l'ensemble du gouvernement, "concentré sur la fin de cette première année incroyablement réussie". Le chef du département d'État a la responsabilité de quelque 70.000 diplomates, fonctionnaires et contractuels disséminés dans plus de 250 ambassades et consulats à travers le monde. 

"Rex Tillerson aime son travail. Il a beaucoup de pain sur la planche", a assuré sa porte-parole Heather Nauert, soulignant que le secrétaire d'État, avait plusieurs réunions prévues la semaine prochaine avec des ministres européens à Bruxelles, Vienne et Paris. Depuis plusieurs semaines, les relations entre Donald Trump et son chef de la diplomatie sont tendues. 

Trump, Tillerson : des relations floues

Début octobre, l'impétueux président septuagénaire avait, fait rare, publiquement rabroué son secrétaire d'État pour avoir évoqué l'existence de canaux de communication visant à sonder les intentions de la Corée du Nord. Comme le président américain aime régler ses comptes sur Twitter, il avait écrit : "Il perd son temps à négocier", "Conserve ton énergie Rex, nous ferons ce que nous devons faire." Une attaque à laquelle Rex Tillerson aurait répondu, traitant le président américain de "débile", rapporte la chaîne NBC News.


Ces révélations avaient contraint le chef du département d'État à prendre la parole pour affirmer son soutien public et son "engagement en faveur du succès" du locataire de la Maison Blanche. Ce dernier avait affirmé avoir "pleinement confiance en Rex" tout en le mettant peu après, dans un tweet prétendument humoristique, au défi d'un "test de QI". 

Si Rex Tillerson était amené à partir, le sénateur de l'Arkansas Tom Cotton, proche de Donald Trump, serait propulsé à la tête de la CIA, Mike Pompeo, son actuel directeur, étant pressenti au poste de secrétaire d'État.

La rédaction vous recommande
Contenus sponsorisés