2 min de lecture Amérique du Nord

États-Unis : comment Amazon veut se lancer dans la banque

C'est la nouvelle révolution Amazon. Le géant du commerce en ligne, dont le fondateur Jeff Bezos est venu l'homme le plus riche du monde, envisage de se lancer sur un nouveau marché : la banque.

Un Air d'Amérique
États-Unis : comment Amazon veut se lancer dans la banque
Crédit Média : Philippe Corbé Crédit Image : AFP / Leon Neal

Je vous ai déjà raconté comment Amazon a révolutionné le commerce aux États-Unis. Le Wall Street Journal révèle que le groupe a contacté plusieurs grands établissements bancaires pour proposer en partenariat un nouveau service à ses clients : un compte bancaire, un compte courant.

C'est assez naturel dans la logique d’Amazon, qui rêve d'être l'interface pour tous nos achats au quotidien : des vêtements, des livres, des meubles, de la nourriture... Amazon a racheté une grande chaîne de supermarché spécialisé dans les produits frais, jusqu'aux petit achats du quotidien (des piles, de l'essuie-tout...).

Amazon incite ses clients abonnés à multiplier les petits achats, plusieurs fois par jour. On passe commande en trois clics sur son téléphone, ou en donnant un ordre en quelques phrases à son assistant personnel. Amazon a réussi à vendre pour presque rien ces petits haut-parleurs qui nous parlent et nous écoutent, et qui se trouvent désormais dans des dizaines de millions de cuisines ou salons américains.

Le numéro de carte bleue est entré d’avance. Donc cela fait beaucoup de transactions bancaires. C'est pour cela qu'Amazon veut lancer un compte, pour réduire les commissions bancaires sur chaque paiement.

Les plus jeunes, cible d'Amazon

Amazon devient une banque ? Non, le secteur bancaire est très réglementé depuis la crise financière. Amazon en fait veut proposer un service bancaire de base à ceux qui n'ont plus envie d'aller à la banque. C'est-à-dire les plus jeunes, les moins de 40 ans, qui n'ont pas le même attachement à une agence bancaire et à des conseillers identifiés.

De plus en plus d'Américains évitent autant que possible de passer par les banques. Il y a, par exemple, une application très populaire qui s'appelle Venmo. C'est en quelque sorte un réseau social de paiement, qui permet de payer quelqu'un directement, là encore en deux clics. C'est très simple. Amazon vise ces jeunes générations qui ont un téléphone greffé à la main.

Y aura-t-il une carte bancaire ? On ne sait pas, mais pas forcément. Ici, on a à la fois une carte de début et une carte de crédit. Beaucoup d’Américains dépensent exclusivement sur leur carte de crédit, donc vivent sur des crédits à la consommation, avec des taux très élevés.

Offre d'une couverture maladie moins chère

En fait beaucoup de jeunes consommateurs que visent Amazon ne sortent déjà presque plus leurs cartes bancaires de leurs proches, car ils payent directement en passant leur téléphone sur le lecteur.


Et ça n'est pas tout. Amazon se lance aussi dans la protection sociale, qui ici coûte extrêmement cher, au cœur de combats politiques très rudes. Jeff Bezos, l'homme le plus riche du monde, s'associe avec Warren Buffet, le troisième homme du classement, et la banque JPMorgan Chase, pour proposer une couverture maladie moins chère.

Au départ à leur million d'employés. Mais si ça marche, ça sera proposé à tous les Américains.

La rédaction vous recommande
Contenus sponsorisés