1. Accueil
  2. Actu
  3. International
  4. Etats-Unis : 5 ans de prison pour un journaliste proche des Anonymous
1 min de lecture

Etats-Unis : 5 ans de prison pour un journaliste proche des Anonymous

Connu pour avoir protégé les piratages informatiques du groupe Anonymous, un journaliste américain a été condamné jeudi 22 janvier à 63 mois de prison.

Le journaliste avait couvert les piratages informatiques d'Anonymous (illustration)
Le journaliste avait couvert les piratages informatiques d'Anonymous (illustration)
Crédit : FEDERICO PARRA / AFP
La rédaction numérique de RTL & AFP

Il était connu pour avoir couvert le groupe de pirates informatiques Anonymous, au point d'être considéré comme le porte-parole informel du groupe. Le journaliste Barrett Brown, 33 ans et qui avait été arrêté en 2012, a finalement été condamné à cinq ans de prison jeudi. Il a aussi été condamné à restituer 890.000 dollars.

Son procès a mobilisé les défenseurs de la liberté de la presse.

Free Barrett Brown, compte de soutien sur Twitter

L'homme avait dans un premier temps été poursuivi pour avoir collaboré avec les pirates informatiques, mais il a au final plaidé coupable pour des charges de moindre importance.

"Les États-Unis de l'injustice: Barrett Brown condamné à 63 mois dans une prison fédérale", a lancé sur Twitter le groupe de soutien au journaliste, "Free Barrett Brown" ("Libérez Barrett Brown"), après le prononcé de sa peine à Dallas (Texas, sud).

Collaborateur de Vanity Fair et du Huffington Post

À lire aussi

Pour certains, le journaliste, qui a notamment écrit pour Vanity Fair ou le Huffington Post, était devenu un soutien du groupe Anonymous et avait été poursuivi après avoir posté des liens contenant des informations volées à la société de sécurité Statfor Global Intelligence en 2011.

Pour sa défense, Barrett Brown avait regretté que le gouvernement le "menace de dizaines d'années de prison pour avoir copié et collé un lien disponible publiquement que d'autres journalistes ont aussi diffusé sans être poursuivis".

Le journaliste et ses soutiens, dont Reporters sans frontières, avait demandé à ce que sa peine ne fasse que couvrir le temps déjà passé en prison, soit 30 mois.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/