1. Accueil
  2. Actu
  3. International
  4. État islamique : les forces kurdes reprennent sept villages dans le nord de l'Irak
1 min de lecture

État islamique : les forces kurdes reprennent sept villages dans le nord de l'Irak

Malgré des combats difficiles, aidés par la coalition menée par les États-Unis, les combattants kurdes continuent de gagner du terrain dans certaines zones face au groupe terroriste.

Les troupes kurdes, à Bardarash, non loin de Mossoul (Illustration)
Les troupes kurdes, à Bardarash, non loin de Mossoul (Illustration)
Crédit : AFP
Cécile De Sèze & AFP

C'est une bonne nouvelle pour la coalition internationale menée contre l'État islamique. Les combattants kurdes d'Irak ont repris sept villages dans le nord du pays. Depuis le 26 août, les peshmergas appuyés par les frappes aériennes de la coalition, menée par les États-Unis, "ont repris le contrôle de plus de 200 kilomètres carrés" de terrain près de la ville de Tuz, au sud de Kirkouk, selon le communiqué de la coalition. 

Les avions ou drones ont mené au total 25 frappes pour appuyer cette offensive, qui a permis de "libérer sept villages" et de "renforcer la ligne avancée des forces kurdes", selon le communiqué. Sur les autres principaux points d'affrontements avec le groupe terroriste, la situation est plus statique, selon les informations fournies vendredi par un porte-parole du commandement américain au Moyen-Orient (Centcom). 

L'EI sous pression, continue de perdre des combats

À Ramadi, le chef-lieu de la province sunnite d'Al-Anbar (ouest) tombé en mai entre les mains des jihadistes, les forces irakiennes continuent leur opération d'isolement de la ville, tentant de couper ses accès. "Cela reste un combat difficile", a déclaré le colonel Patrick Ryder, le porte-parole du Centcom. À Baïji, sur l'axe stratégique Bagdad-Mossoul où des combats acharnés durent depuis des mois, les forces irakiennes "continuent de tenir leurs positions" dans l'immense raffinerie de la ville, a-t-il indiqué. Dans la ville même, l'EI "a repris un peu de terrain" mais "a payé un prix très lourd pour cela", a-t-il dit. 

D'une manière générale, les Irakiens "font face à des défis difficiles à certains endroits", mais en même temps Daesh est sous pression pour allouer ses ressources et "continue de perdre des combattants et des chefs à un rythme élevé", a-t-il dit. 

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/