2 min de lecture Daesh

État islamique : "Il n'y a pas de temps à perdre", estime François Hollande

François Hollande a appelé la communauté internationale à se mobiliser rapidement contre l'État islamique.

François Hollande à Paris, le 15 septembre 2014.
François Hollande à Paris, le 15 septembre 2014. Crédit : ETIENNE LAURENT / POOL / AFP
micro générique
La rédaction numérique de RTL
et AFP

"Il n'y a pas de temps à perdre" pour contrer la menace de l'État islamique, a estimé François Hollande en ouverture dela conférence internationale de Paris sur la sécurité en Irak. Le président français a exhorté ses partenaires occidentaux et arabes à s'engager "clairement, loyalement et fortement aux côtés des autorités irakiennes".

"Le combat des Irakiens contre le terrorisme est aussi le nôtre. Nous devons nous engager clairement, loyalement et fortement aux côtés des autorités irakiennes. Il n'y a pas de temps à perdre", a déclaré M. Hollande devant la conférence qui rassemble une trentaine de pays arabes et occidentaux.

Soutenir les forces de l'opposition démocratique en Syrie

Le président français a appelé aussi à soutenir "par tous les moyens" les forces de l'opposition démocratique en Syrie sans toutefois évoquer une quelconque participation française aux frappes que Washington envisage de conduire contre les bastions de l'EI dans ce pays.

"Le chaos fait le jeu des terroristes. Il faut donc soutenir ceux qui peuvent négocier et faire les compromis nécessaires pour préserver l'avenir de la Syrie. Et pour la France, ce sont les forces de l'opposition démocratique", a-t-il poursuivi.

Face à une "menace globale", une "réponse globale"

Comme il l'avait déjà fait valoir lors d'une visite éclair vendredi en Irak, François Hollande a souligné que "la menace est globale et (qu')il doit donc y avoir une réponse globale".

La conférence de Paris, a-t-il insisté, "a un seul objectif: apporter aux nouvelles autorités irakiennes le soutien politique qui leur est nécessaire" mais aussi de recueillir de manière "efficace" des "fonds des pays amis" pour la reconstruction de l'Irak.

Il faut "casser les filières jihadistes"

François Hollande a également évoqué l'"appui militaire" aux forces engagées contre l'EI avec la constitution d'une "large coalition" voulue par les Etats-Unis dans laquelle "la France prendra sa part" comme elle l'a déjà fait avec la livraison de matériel militaire aux Peshmergas kurdes engagés contre Daesh.

Il s'agit aussi, selon lui, de "casser les filières jihadistes" face à l'afflux de "combattants venus du monde entier", y compris de la France, et qui viennent grossir les rangs de l'EI. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Daesh Irak François Hollande
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants